Aller à la page : 1, 2  Suivant
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: [PV Jered] Du ciel à la terre Lun 20 Mai - 4:13
Que le monde est beau... Perchée sur l'une des plus hautes branches d'un chêne millénaire, ses ailes repliées dans son dos, Daraen observait la forêt qui s'étendait à ses pieds. Le paysage était étrange pour l'Hagorienne qui n'avait connu que les sables chauds. La verdure était plaisante à l’œil et même le vent était différent de celui du désert. Il charriait des odeurs de sèves douceâtres, l'odeur âcre des sous-bois, celle des animaux sauvages... Tant de nouveautés à découvrir! La femme vint poser sa main contre son coeur, ses serres griffant légèrement le cuir de son armure. Il battait avec plus de convictions qu'auparavant. Et c'était exquis. Une sorte de mélange d'adrénaline, de bonheur et d'impatience. Il lui fallait découvrir encore plus de choses pour la satisfaire.
La voleuse se tourna sur le côté. A première vue, il y avait une petite trentaine de mètres entre la cime et le sol. C'était on ne peut plus suffisant; elle bascula dans le vide, les yeux fermés. D'instinct, ses ailes s'ouvrirent et elle se mit à planer au grès des courants ascendants et descendants. Elle se penchait de temps à autre afin d'éviter de se prendre un arbre dans les dents. Il y avait mieux pour apprécier de voler que de finir avec de l'écorce sur le visage. Et le ventre plein, ce serait à vrai dire encore mieux. Comme en écho à ses pensées son estomac se mit à gémir. Quand avait-elle mangé pour la dernière fois? Elle se souvenait d'avoir attrapé une musaraigne des sables juste avant de quitter le royaume d'Hagor. A peu près tout. C'était il y a deux jours. Plus bas, un lapin courait dans l'herbe, à la recherche d'herbe pour se nourrir. Bien, la chaîne alimentaire allait encore avoir son mot à dire.

Devenue aigle en un instant, la rapace fondit sur sa proie, plongeant en piqué. Ce ne fut qu'à quelques mètres du sol qu'elle ralentit sa chute, les griffes tendues et faucha son gibier. Elle manqua un peu de perdre son équilibre mais le but était atteint. La bête agonisa un temps avant de décéder. Miam, un repas frais! Daraen se mit en quête de bois sous forme de semi, ainsi que de deux bouts de pierres. Elle n'était pas réellement douée dès lors qu'il s'agissait de survie humaine. Après s'être escrimée pendant une bonne dizaine de minutes afin de faire un feu, elle abandonna. Elle le mangerait cru, tant pis. Toutefois, même si elle ne se l'avouait pas, la pauvresse aurait adoré pouvoir goûter à de la viande cuite. Les effluves que, gamine, elle sentait sur les marchés lui avait toujours mis l'eau à la bouche. Hélas, c'était trop chaud pour être volé correctement. Bah, elle aurait bien d'autres occasions. Elle avait toute la vie devant elle maintenant.
Une rivière non loin, des pierres en guise de siège, l'endroit était suffisamment convenable pour s'offrir une pause. Elle commença à dépecer son gibier avec sa dague avant d'user de ses serres pour retirer les organes non comestibles. Les feuilles lui permettait de se garder de la chaleur et l'eau qui coulait faisait une musique des plus gracieuse. Peut-être qu'après son repas, elle se permettrait une petite sieste. A moins qu'elle ne se décide plutôt à aller dormir sur contre un tronc, quelques mètres plus hauts.
Elle quitta ses pensées lorsqu'un craquement se fit entendre. Automatiquement, elle redressa la tête, ses yeux dorés guettant les buissons. Qu'était-ce? Un danger? Ses griffes se resserrèrent sur la viande: un affamé à la recherche d'une part de butin?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Lun 20 Mai - 6:41
Les arbres imposants ployaient sous le maigre vent, soufflant entre les feuilles verdâtres de la forêt. Que faisais-je ici ? Je n’avais rien à faire ici. Je préférais les villes depuis longtemps, alors pourquoi mon errance m’avait mené dans une forêt ?

A vrai dire, je recherchais un nouvel abri provisoire pour passer du temps à Asunia. Cette ville était souvent pleine de monde et voler y était facile. De plus, la capitale tait bien trop occupée pour se soucier d’un simple voleur de nourriture. De toute manière, pourquoi je serais connu ? Je ne m’étais jamais fait prendre ! Un sourire narquois se dessina sur mes lèvres tout en marchant dans cette épaisse forêt. Ce n’était pas que je n’aimais pas les forêts, mais la ville était bien plus rassurante à mes yeux. Bien sûr, je ne craignais aucun danger de la forêt, ce n’était pas les ours ou les loups-garous qui y rôdaient qui pourraient me tuer, j’étais bien trop fort pour ça. C’était juste qu’il n’y avait pas mes repères habituels, et rien à voler. Ok, je savais chasser, mais courir après des lapins était franchement ennuyant.

C’est comme ça que je me retrouvai à me balader au milieu des vieux arbres. Je sentais la mousse sous mes pieds nus ainsi que les branches et les feuilles mortes. Cette sensation était assez agréable, même si certaines branches étaient assez dures et qu’il m’arrivait de trébucher comme un idiot. Je mangeais une pomme rouge sans entrain en me baladant sans aucun but, l’autre min dans mes poches. Mes vêtements étaient encore relativement blancs mais le masque collé à mon visage était maculé de sang séché. C’était juste le sang du garde que j’avais tué plus tôt, quand j’étais sorti des limites de la ville. Il m’avait interpellé, je n’avais pas eu le choix !

Je m’enfonçai de plus en plus dans la forêt. Peut-être y aurait-il un abri potable pour moi ? Je regardais derrière moi d’un air las, je ne devais quand même de pas trop d’éloigner de la ville. Je levai les yeux, je pouvais toujours voir le palais royal, il n’y avait donc aucun soucis. Je continuai ma marche, le soleil tapait par intermittence sur mon visage et mes pupilles devenaient tour à tour aussi fines que celles d’un chat et d’une taille normale, c’était assez ennuyeux. Soudain, j’entendis le bruit caractéristique de l’eau. Les poils de ma nuque se hérissèrent. Je devais m’éloigner. Stop. Je devais arrêter d’avoir peur du moindre cour d’eau. Je continuai tout droit, finissant ma pomme au mieux, pas de gaspillage après tout.

Après encore quelques mètres, je vis une débouchée, une clairière ? Je reniflais, de l’eau, il y avait de l’eau. Tant pis, il y avait souvent des endroits sympas près des rivières. Je continuai à marcher sans faire le moindre effort pour être discret. Les branches craquaient sous chacun de mes pas. Quand je sortis de les fourrées, le soleil passa sur mon visage. Mes pupilles se rétractèrent, je plissai des yeux. Après un rapide balayage des lieux, je constatai qu’il y avait une jeune fille. Merde, je n’étais pas seul.

Je jetai ma pomme derrière mon épaule sans la lâcher des yeux. D’ailleurs, la couleur des yeux de l’inconnue était aussi étrange que les miens, ils étaient d’un doré assez prononcé. Ses longs cheveux noirs tombaient dans son dos avec négligence. Une vraie sauvage, en plus elle écorchait un lapin ou plutôt, elle tenait entre ses griffes ce que ressemblait à son plus précieux trésor. Au moins elle avait eu la décence de porter une simple armure légère. Oh, c'était une changeling, fantastique. Une changeling oiseau, vu les grandes ailes qu'elle avait dans le dos. Elle m'avait donc remarqué depuis longtemps, j'espérais qu'elle ne soit pas un animal trop curieux, cela poserait problème...

Elle m’avait vu, c’était dommage. J’aurais dû être plus discret en fait. Bah, il ne me restait plus qu’à l’ignorer. Après l’avoir toisé d’un air neutre, je détournai la tête et me remis en marche, mains dans les poches d’un pas nonchalant. Je n’allais pas spécialement vite, après tout, si je marchais vite, j’aurai pu passer pour un trouillard, or, ce n’était pas le cas. Je me contentais de passer, sans vouloir plus… Ou peut-être son lapin, il pouvait être intéressant comme dîner…

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Lun 20 Mai - 7:15
La menace était bien réelle... On en voulait à son lapin! Un homme venait d'apparaître, l'air aussi étonnée que la femme de tomber sur une présence inconnue. Ils commencèrent à s'observer un instant, se dévisageant l'un et l'autre. C'était un homme, c'était sûr. Un bel homme même. Ses cheveux étaient d'un bleu un peu étrange, qui faisaient penser à un cours d'eau. Encore une chose inconnue qu'elle découvrait. Ca lui plaisait beaucoup. Pour un peu, elle en aurait même été jalouse; tous ceux qu'elle connaissait n'avaient jamais eu autre chose qu'une couleur noir, blonde ou parfois rouge. Un court instant, elle se demanda s'ils étaient humides. L'idée fut vite chassée: ça n'était pas possible... n'est-ce pas? Enfin, les yeux étaient aussi bleus... S'agissait-il alors d'une sorte de créature des eaux? Ils existaient peut être: dans les tavernes d'Hagor, elle avait déjà entendue parler de "Sirènes" qui vivaient dans les rivières et les mers. Mmmmh, voilà qui devenait louche. Sans compter la chose qui, plaquée contre son visage, était aussi vermillon qu'elle puait le sang.
Les sourcils de la jeune femme fléchirent. Elle n'était pas mieux elle, ses doigts couverts de sang, les plumes tâchées et sa viande sanguinolentes entre les pattes. Du coup... soit il avait tué, soit il avait chassé. Vu le regard gourmand qu'il jetait à son gibier, ça ne semblait pas être la seconde réponse.

Le contact visuel fut brisé lorsque, fier, il tourna les talons et fit celui qui n'avait rien vu. C'était... étrange. Le regard de la voleuse se posa sur son lapin. Puis sur l'inconnu. Lapin, inconnu, inconnu, lapin... Oh... Il devait avoir faim, s'il n'avait pas réussi à attraper une proie. Elle savait à quel point la faim pouvait être un fardeau et la pauvreté était une chose qu'elle connaissait bien trop là aussi. Bah, elle pourrait toujours aller en trouver un autre. La forêt en était pleine.

Elle se leva et, d'un coup d'aile, atterrit devant son nouveau compagnon d'infortune. Sans un mot, elle rompit l'animal en deux, déchirant les chairs crues. Le craquement des os retentit, comme du bois qu'on brise. Ce fut tout aussi silencieusement qu'elle tendit la moitié dites "du mendiant". Comme elle le sentait quelque peu récalcitrant, elle mordit dans sa part dans le but de lui montrer à quel point c'était sans danger. A vrai dire, c'était même délicieux. Première fois qu'elle mangeait du lapin de sa vie; elle commença à engloutir sa moitié avec avidité, allant même jusqu'à se lécher les serres afin de ne pas en perdre une miette. Le fait que la viande ne soit pas cuite ne semblait pas lui poser le moindre problème. Elle en arrivait même à tenter d'aspirer la moelle des os. Après tout, on ne savait jamais quand elle pourrait manger à nouveau. Elle ne resterait pas dans les bois indéfiniment après tout. Ou si un prédateur allait l'attaquer pour prétendre à son bien.

La vie était dure pour quiconque avait l'errance en compagne...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Lun 20 Mai - 8:31
Je devais chasser, mon ventre gargouillait un petit peu. C’était la viande qui m’avait donné faim, crotte, j’aurais vraiment pas dû m’approcher de l’eau, ça me portait malheur. Je ruminai, mains dans les poches, tête basse. J’insultais mon ventre pour l’empêcher de gargouiller. Je devais retourner en ville voler un gros dindon bien gras, j’en avais vu plus tôt pendant mon repérage. Bien sur un dindon était difficile de cacher dans une poche, mais je n’avais qu’à courir. En parlant de poche, je fouillai dans celles-ci. Il y avait toujours quelque chose à manger d’habitude. Je sortis une banane de ma poche. Mouais, non, j’avais pas envie. Je la jetai par-dessus mon épaule en soupirant.

Soudain, je sentis quelque chose arriver et sans avoir le temps de réagir, la jeune fille que j’avais aperçue plus tôt. Je m’arrêtais, sans aucune lueur de surprise dans mon regard neutre. Je pus la mieux la détailler. Ses yeux étaient vraiment ceux d’un changeling, surtout pour un oiseau. Ce n’était pas étonnant. Je levai les sourcils d’un air interrogateur, qu’est-ce qu’elle me voulait elle ? Je n’avais rien fait ! Mon regard passa brièvement sur son lapin, elle venait me narguer ? Quelle sale gosse. Je la toisai d’un air froid. Mais que faisait-elle ? Je la regardai, sourcils froncés, arracher son lapin en deux parties. Ho, mais elle voulait partager en fait. Je faisais si pitié que ça ? Ça m’énervait, mais je prends quand même la moitié sans dire un mot. Après tout, si j’avais la possibilité, j’allais manger gratuitement et sans me fatiguer du tout.

L’inconnue mordit dans le reste du lapin, comme pour me montrer comment faire. Je n’étais pas stupide quand même. Je regardai ses serres un instant en me demandant comment elle pouvait trouver ça pratique et mordis dans la chair fraiche du lapin. Il était bon, je l’avouais. Je le dévorai rapidement, rongeant les os parfaitement puis brisant ceux-ci avec les dents de mon masque. C’était vraiment pratique pour manger la moelle. Quand la moitié du gibier fut complètement terminé, sans plus rien à exploité dedans, j’essuyai mon masque d’un revers de la main et soupirai. Ça faisait du bien ! Mon masque était redevenu blanc, c’était un peu dommage, mais je n’aurais pas de mal à le faire redevenir sale et moi plus menaçant. D’ailleurs, pourquoi m’avait-elle approchée celle-là ? Je ne comprenais pas les changelings, trop curieux pour trouver quelqu’un menaçant. Je soupirai et regardai au-delà de la jeune fille. Elle ne pouvait pas me lâcher ? Que pensait-elle en me donnant cette nourriture, m’aider ? Je ne voulais pas d’aide !

Je la regarde une dernière fois et tourne de nouveau les talons. Il ne me restait plus qu’à partir dans la forêt, l’air de rien. Je remis mes cheveux en place et, tête haute, m’enfonçai dans les fourrées. J’avais besoin d’être un peu seul. Cette fille était étrange, elle semblait plus jeune que lui, et bien trop curieuse à mon gout.

Cela m’était déjà arrivé d’attirer les changelings, je ne comprenais pas pourquoi, peut-être à cause de l’expérience ? Mes poings se fermèrent dans mes poches, stupide expérience, j’attirais les gens bizarres à cause de ça. Mes pupilles se rétractèrent un peu sous l’effet de lq colère, il n’y avait pas moyen d’être un peu tranquille ici. Et pourtant, au fond de moi, ma solitude se brisait un petit peu, j’étais un peu moins seul, mais ça, je ne le dirais jamais. D’ailleurs cette pensée fut chassée aussitôt de mon esprit, jamais je n’accepterais de penser ça, la solitude était bien mieux et bien plus sûre.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Lun 20 Mai - 9:21
Apparemment, ils étaient deux à se régaler. Daraen était contente; elle n'aimait pas voir les autres dans la misère. Et puis, quand elle avait des ressources, autant partager. L'homme ne semblait pas vraiment lui en être reconnaissant. Elle plissa le nez. Bon, pas grave. Elle était assez indifférente aux remerciements en fait. Une fois qu'on a déjà vu des gamins se frapper pour un quignon de pain, on comprenait que certains actes ne nécessitaient pas forcément une réponse.
Elle continua à détailler son interlocuteur. Il paraissait que les Sirènes avaient des écailles... Rien sur les joues en tout cas, ni sur les parties du corps visibles. Il ne ressemblait pas non plus à un poisson. Est-ce qu'il y avait d'autres particularités chez lui? Pas vraiment... MMmh, mais les cheveux couleurs d'eaux étaient peut-être réellement humides? Du coup, cela lui indiquerait sa vraie nature. La voleuse pencha la tête sur le côté. C'était intriguant. Et puis, il était trop beau pour être vrai. Un oiseau pépia non loin d'eux. Le cri haut-perché qui avertit d'un danger en général. Surprise, la femme leva la tête, guettant l'endroit où la bestiole pouvait être. Pas à proximité immédiate en tout cas. Et l'inconnu en avait profité pour s'éloigner, zut!

Jered put entendre des bruits de pas croître; en quelques secondes, la Changeling l'avait déjà rattrapé, continuant de l'observer. Cependant, elle était distraite. La plupart du temps, elle levait les yeux ou guettait les fourrés, tentant de trouver... quelque chose. Petit à petit, elle commença à se montrer à fleur de peau. Lorsqu'un bruissement de feuille se fit entendre, elle s'arrêta net, agrippant le bras de l'homme. S'il voulait se dégager de sa prise, c'était peine perdu: un seul mouvement de sa part lui provoquerait des griffures. Sans compter que la voir ainsi tétanisée à observer les bois avait de quoi faire frissonner.
Il fallut une ou deux minutes avant que la chasseuse ne se détende un peu. Ce ne fut qu'à ce moment là qu'elle comprit ce qu'elle venait de faire. Son regard passa du visage de l'humain jusqu'au bras qu'elle tenait fermement. Oh. Ses lèvres s'ouvrirent , prêtes à lâcher des excuses.
Un hurlement l'interrompit. Son propriétaire, un énorme loup noir, s'approcha du duo, les babines retroussées. L'odeur du sang l'avait excité; la faim qu'il ressentait à son paroxysme. En un tel cas, il n'avait aucune hésitation à s'attaquer à des humains.

L'animal bondit souplement, claquant des mâchoires. Les bipèdes durent leur salut à la séparation brutales qu'ils firent, Daraen poussant presque le pirate. Elle tâtonna sa ceinture à la recherche de sa dague. Mine de rien, c'était la première fois qu'elle allait se battre contre une créature aussi grosse qu'agressive. Oui, l'Hagorienne avait plusieurs choses à découvrir et cela en faisait -hélas- partit.
Préférant devenir entièrement humaine pour ne pas se blesser une aile, la damoiselle pointa sa dague vers la créature. Il était trop proche et vif pour l'arc. Il ne lui restait plus qu'à espérer que sa propre vitesse l'emporte. Et qu'elle arrive bien à viser la jugulaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mar 21 Mai - 6:44
Elle n'avait pas attendu pour me rattraper. Je n'avais fait que quelques mètres quand je pus l'entendre emboîter mes pas. Elle était bien trop curieuse à mon gout. Et pourtant, elle ne disait rien. D'habitude, les gens comme ça me posaient une tonne de question, mais là, silence. Je jetai quelque coup d’œil vers elle, voir si elle n'essayait pas de faire quelque chose de stupide, mais elle ne me regardait même pas. Peut-être cherchait-elle seulement de la compagnie? Je soupirai, après tout, tant qu'elle ne me parlait pas et ne m'emmerdait pas, elle pouvait rester.

Elle me faisait vraiment penser à un animal, ceux qui venaient, curieux, me renifler alors que je me reposai. Ils ne me gênaient pas puisqu'ils ne faisaient rien et là, c'était un peu pareil. Je la laissai donc marcher à mes côtés, elle allait certainement se lasser au bout d'un moment.

Cependant, la changeling était assez étrange. Elle semblait avoir peur. Peur? Peur de quoi? Il n'y avait rien de bien méchant dans cette forêt. Pourtant, elle se retournait souvent d'un air craintif, comme un petit animal, ce qu'elle était en fin de compte. Qu'était-elle? Un pigeon noir? Les pigeons étaient très peureux, c'était peut-être ça.

Soudain, sans me laisser le temps de réagir, je sentis qu'elle m'attrapait le bras. Enfin, elle l'enserra plus qu'autre chose. Elle avait de la poigne cette petite. Je bougeai un peu, non, il n'y avait rien à faire, elle était solidement accrochée. Mais qu'est-ce qu'elle me voulait? Je fronçai les sourcils, mes poils se hérissèrent. Pourquoi elle me touchait comme ça? Cette petite fille commençait à m'énerver. J'allais vraiment l'envoyer voler contre un arbre. Mais quand je bougeais, je pouvais voir que des traces rouges se formaient sur mon bras. Bien sûr, je n'avais rien senti, si bien que mon avant bras était parsemé de griffure qui saignaient. Rien de grave, mais cela était un peu handicapant, surtout qu'il s'agissait de ma bonne main et que le sang allait rendre ma main glissante et m'ennuyer pour tenir mon épée.

Quelques longues minutes passèrent où je me contentais de la regarder en fronçant les sourcils. Pourtant celle-ci ne m'adressait pas un regard, comme figée. Elle avait surement pris peur, ou bien un monstre l'avait pétrifiée. D'un côté cela m'aurait arrangé. Alors que je m’apprêtai à lui demander si elle voulait bien bouger, l'inconnue semblait reprendre ses esprits et releva la tête sans pour autant me lâcher. Je levai les sourcils, perplexe. Elle semblait seulement comprendre ce qu'elle avait fait. Elle était étrange, elle ressemblait à un petit enfant qui avait fait une bêtise et qui en était confus. Elle sembla vouloir prononcer quelque chose.

Cependant, un hurlement guttural retentit entre les arbres. Je tournai la tête, un mince sourire se dessina sur mes lèvres. Une grosse bête? Ca courait la forêt ici, c'était cool. Je pus voir un gros loup noir sortir des fourrées. La lueur dans ses yeux ne trompait pas, il voulait bien nous tuer. Il voulait se battre? Il n'avait qu'à venir! Soudain, il bondit sur nous, plus vite que prévu. Je n’aurais pas eu le temps de réagir, mon bras était emprisonné, je ne pouvais pas dégainer mon arme. Heureusement, la changeling réagit plus vite que moi -je l'avoue- et me repoussa. Tss, les rôles n'étaient pas inversés? Je n'étais pas faible, et là, on aurait bien dit que je l'étais. Je ne tombai pas et repris sans mal mon équilibre. Un grand sourire prédateur se dessina sur mes lèvres. Un combat pour se défouler!

L'inconnue bondit vers l'animal après avoir repris une forme humaine complète. Elle était aussi rapide. Voire plus que moi. Elle bondit sur l'animal, sortant une petite dague. Elle était inconsciente de se lancer avec une arme de si petite portée. Je dégainai mon épée longue et me mis en garde. Je voulais combattre, quand bien même une petite changeling se trouvait dans la mêlée. D'un bond rapide, je m'élançai dans la bataille alors que l'attaque de la jeune femme atteignait la gorge de l'animal qui avait reculé juste avant. Mon sourire s'élargit. J'arrivai à proximité et la bête. Elle était bien vive, et le loup eu le temps de me voir arriver, il se tourna vers moi et bondit, claquant sa mâchoire. Je pris appuis sur le sol et reculai, cependant, mon bras libre se fit prendre dans sa gueule. Je ne sentais rien, mais je savais qu'il essayait de m'arracher le bras. Mon sourire s'élargit encore, laissant bien apparaître les petites canines.

J'attirai la bête vers moi en utilisant mon bras blessé qu'il n'avait pas lâché. D'un mouvement large, je lui enfonçai la lame blanche dans la gorge. Un gémissement s'échappa de la gueule de la bête alors que sa prise faiblissait. C'était fini. J'ouvris sa gorge avec mon épée toujours enfoncée dans sa chair. Du sang gicla. C'était marrant. Je sentis quelques gouttes m'éclabousser le visage, j'aimais tellement ça! J'étais fait pour me battre, et rien d'autre.

La bête tomba sur le sol, se vidant de son sang. Toujours souriant, je rengainai mon épée. Ou était la changeling? Peut-être avait-elle fuit. Je levai mon bras bien écorché, il saignait assez fort, mais ça ne pouvait pas me tuer. Je pouvais le laisser comme ça, de toute manière, la douleur n'était pas présente. Mon sourire psychopathe ne s'était pas effacé quand je me retournai vers l'inconnue, pour voir si elle... allait bien? Bien sûr que non.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mar 21 Mai - 8:03
Grand, noir, la bave aux babines. D'un certain côté, il était beau. Une créature tout en muscle, à la fourrure soyeuse, aux crocs puissants. Elle était née pour être libre elle aussi, sans dominations des humains ou d'une autre loi que la sienne. Enfin, sauf dans le cas d'une meute. Là, apparemment, il y avait des règles plus complexes. Si les récits qu'elle avait déjà entendu étaient justes. Ou alors ça changeait en fonction de l'endroit? Il y avait des loups qui étaient capables de vivre autrement? Peut-être... ce monde était tellement différent. Mais elle n'avait pas le temps de rêvasser. Car si elle était magnifique, la bête avait un caractère tout aussi nocif. Mais c'était la faim qui la poussait à agir ainsi. Et quand on a faim, on est capable de tout, même du pire. Alors, s'attaquer à deux humains, c'était même pas à l'échelle un des solutions de dernier recours.
Cependant, il n'était pas question qu'elle se laisse dévorer toute crue. Ou bien cuite. Même assaisonnée avec quelques herbes. La liberté était aussi celle de ne pas se faire manger. Et puis, si elle le tuait, elle aurait assez de provisions pour pas mal de temps. Sans compter que la peau pouvait se vendre à bon prix. Enfin, de souvenir. Ce n'étaient que les riches qui avaient les moyens de s'offrir des fourrures, ou bien les mercenaires qui avaient vu différents endroits. Alors, elle trouverait peut être des acheteurs, et avoir quelques pièces. Encore fallait-il savoir tanner. Au pire, elle pourrait toujours vendre la carcasse. De quoi acheter une pomme lui suffirait. Ou un de ces gâteaux au miel et à la datte qu'elle avait déjà vu sur les marchés! Ils sentaient bons, alors peut-être qu'ils en avaient le goût!
Rien qu'à cette idée, elle en avait l'eau à la bouche. C'était une motivation plus que suffisante!

En tout cas, elle avait touché son ennemi. Pas assez profondément, certes, mais c'était déjà ça. Elle tenta de dégager son arme des muscles imposants, mais sans rien y faire. Abandonnant avant qu'il ne soit trop tard, elle laissa là la dague. Elle la récupérerait une fois la bête morte. En attendant, il valait mieux que l'inconnu s'occupe de ça. En attendant... Et bien en attendant elle l'observerait. En retrait du combat, elle n'avait rien d'autre à faire. En plus, la sirène semblait prendre plaisir à tuer. Un instant durant, la belle regretta de ne pas avoir de sucreries. C'était un divertissement presque amusant si l'autre n'avait pas des airs de psychopathes. Un peu plus et il faisait peur.
Assise contre un arbre, la femme replia ses genoux contre sa poitrine et posa la tête dessus. Il venait de se faire mordre sauvagement et le loup n'en démordait pas, gardant entre ses crocs sa cible. Pourtant, l'autre ne faisait même pas mine de crier. Il était étrange. Et aux cheveux bleus. Une sirène, définitivement. Est-ce qu'il chantait aussi, pour attirer ceux qui naviguaient sur les grands oasis? Il lui faudrait se montrer encore plus prudente à l'avenir. D'autant plus qu'il n'avait pas hésité à sacrifier un bras pour mieux l'achever. Zut. Les peaux lui revenait de droit.

Elle ne lui contesterait pas le trophée. Néanmoins, vu le sourire qu'il avait, on le pensait prête à continuer la bataille. Chose que la voleuse n'appréciait guère. Pas que le combat la rebute, mais elle n'en avait pas le coeur. Revêtant sa forme de semi, elle écarta ses ailes afin de paraître plus imposante. Puis, après s'être levée, elle se déplaça lentement, s'éloignant du grand loup. Elle ne voulait pas paraître soumise, encore moins querelleuse. Ça ne serait pas aujourd'hui qu'elle goûterait aux pâtisseries, voilà tout.
Petit regard dépité avant que ne s'en suive quelques brèves phrases.

- Il est à toi. Je n'en veux pas.

D'un signe de tête, elle désigna le cadavre. La voix qu'elle avait était rauque, de celles qui sont peu usitées. D'ailleurs, la Changeling toussota, faisant mine de s'éclaircir la gorge. Parler n'était pas dans ses habitudes, ça crevait les yeux. Les mots étaient articulés presque avec difficultés et ses tentatives d'éclaircir les sons semblaient vains.
Après quoi, sans plus prononcer le moindre son, elle tira d'un revers de jupe ce qui semblait être un chiffon. Du moins à première vue. Car quand elle déplia le tissus, ce fut une cape qui se déploya. Sale, mitée, poussiéreuse voir couverte de tâches brunâtres. La demoiselle en dépeçât quand même un bout, qu'elle envoya vers l'homme. D'un doigt, elle pointa la blessure pour faire comprendre l'intérêt du bandage improvisé. Après quoi elle resta en arrière, guettant les réactions futures. En cas d'hostilité, elle pouvait toujours s'échapper par la voie des airs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mar 21 Mai - 8:57
Du sang encore du sang. J'aimais tellement le sang! Le cadavre gisait à mes pieds, une flaque de sang poissait quelque peu mes pieds nus. Ce n'était pas vraiment agréable de patauger dans du sang, mais je ne m'en souciais pas vraiment.

Quand je m'étais retourné, la petite fille avait déployé ses ailes. Mon sourire toujours aussi présent, je ris brièvement. Elle avait peur de moi? Cachée dans un coin, elle semblait avoir voulu disparaître. Mais maintenant, elle montrait ses ailes, je supposai qu'elle voulait me montrer qu'elle n'était pas si faible qu'elle en avait l'air. Une démonstration de force? Intéressant. Mon sourire faiblit quelque peu avant de disparaître totalement, mon expression redevint neutre et mon regard perdit son éclat de psychopathe avide de sang pour un éclat las et quelque peu vide. Son regard déçu en disait long. Mais je ne m'attardai pas dessus. Elle voulait certainement le cadavre. Elle n'avait qu'à le prendre. J'enfonçai les mains dans mes grandes poches en la regardant les ailes bien écartées. Elle espérait paraître plus grande? Cela ne m'impressionnait pas, je ne pouvais pas être impressionné par une petite fille qui avait l'air farouche quand même. Elle devait être vraiment sauvage, mais peut être plus attachée à la civilisation que moi. Vu comment elle lorgnait sur le cadavre de la bête, elle voulait forcément en faire quelque chose.

La réponse à ma question ne se fit pas attendre. Elle prononça quelques paroles. L'inconnue avait donc briser le silence en premier. Sa voix était vraiment caractéristique d'une personne qui parlait rarement, je le savais pour avoir eu cette même voix pendant un moment. Je souris imperceptiblement, une vagabonde donc, j'avais bien raison. Sa voix était presque hostile envers moi, elle se méfiait, vu le regard qu'elle me jetait. À moins qu'elle ne fut pas heureuse d'avoir voler sa proie. Elle me laissait le cadavre? Mais je n'en avais vvraiment rien à faire de ce cadavre! Je ne voulais ni de sa viande, ni de sa fourrure, ni de rien du tout, je ne revendais rien, après tout, je n'avais pas d'argent, je n'achetais jamais rien. Si je voulais quelque chose, je le prenais, il n'y avait aucun problème de se côté-là.

Je claquai la langue en attrapant le morceau de tissu qu'elle m'envoyait. La changeling voulait néanmoins m'aider? Elle ne savait pas ce qu'elle voulait! Et puis je n'avais pas besoin d'aide. Quand bien même en pensant ça, en silence, j'enroulai le tissu sans aucune difficulté autour de mon bras. J'avais l'habitude après tout. Bien sur je ne sentais rien, mais je n'étais pas inconscient au point de me laisser me vider de mon sang sans réagir. Me faire des bandages à une main n'étais plus compliqué du tout. Je serais le nœud avec mes dents et soupirai, remettant mes mains dans mes poches, je la regardai d'un air neutre avant d'ouvrir moi aussi la bouche pour la première fois depuis, trois jours si je me souvenais bien.

-Je n'ai pas besoin de ce cadavre inutile, prend le, j'en ai rien à faire, et puis ça devrait te faire un peu d'argent, je suis sur que t'en a besoin toi.

Ma voix était chaleureuse malgré le ton froid que j'avais utilisé dans ma phrase, il y avait même une pointe de moquerie dans la dernière partie de phrase. Je savais contrôler le ton de ma voix, toujours d'un ton assuré mais presque dépourvu d'émotions. Je la toisai, un mince sourire moqueur, presque invisibles aux lèvres. Je pouvais peut-être passer pour un gentil qui se fixait laser pour un méchant, mais nul n'en était mon attention.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mar 21 Mai - 9:40
Les sirènes n'étaient réellement pas sympathiques. Vraiment pas même. Alors qu'elles vivaient dans l'eau, si précieuse et rare par chez elle. Quand on offrait tout de naissance à des êtres, qu'ils soient humains ou non, ils devenaient vites méprisants. Bah. En tout cas il se calmait, effaçant ses intentions belliqueuses avec un air des plus neutres. Il se banda le bras sans lui prêter la moindre attention. Qu'il fasse ce qu'il voulait, il était libre. En tout cas, Daraen n'avait plus aucuns intérêt en ces lieux. Elle était même sur le point de quitter les lieux quand le pirate l'interpella.

- Je n'ai pas besoin de ce cadavre inutile, prend le, j'en ai rien à faire, et puis ça devrait te faire un peu d'argent, je suis sur que t'en a besoin toi.

Ce n'était pas la chose à dire. La femme se retourna, une lueur de colère dans les yeux. Elle ne dura qu'une demi-seconde, mais il n'en fallait pas plus à un observateur chevronné pour remarquer le coup de sang de l'Hagorienne. Etre considérée comme une pauvresse qui devait mendier pour obtenir des biens, c'était ça à quoi elle ressemblait? Quel ridicule! Elle n'avait que faire de l'argent des humains et de leur cupidité. Ce qui lui était essentiel, elle le chassait ou le volait, rare était ce qu'elle obtenait qui ne provienne pas de la force des bras. En général, elle ne se faisait pas prier pour récupérer un tel butin, surtout si elle avait participé. Mais le ton qu'il avait employé sous-entendait de la pitié. Pire encore, l'air sur son visage était moqueur.
Si elle avait put, elle aurait grondé. Elle finit par tout simplement l'ignorer, se dirigeant vers le corps. Après avoir récupéré sa dague, toujours plantée et qu'elle avait même faillit oublier, la chasseuse entreprit de couper le loup en deux. Il aurait sa part et elle la sienne. Le travail fut rapidement accomplit, même si la colonne vertébrale résista un peu trop. En tous cas l'affaire fut pliée en cinq petites minutes. D'ailleurs pour se venger elle lui envoya l'arrière du corps. Il saurait bien se débrouiller avec ça.

- Ta part. Ma part. Affaire close.

Le loup ne sentait pas bon, et sa chaire était sans doute infecte. Avec précaution même la Changeling mordit un bout du cadavre. Elle avait vu juste: aussi coriace qu'une chaussure et autant de goût qu'un caillou couvert de boue. Mais ça nourrissait, alors l'essentiel y était. Par contre, elle était sale. Un coup d'oeil à ses vêtements confirma ses doutes: dépecer une créature était salissant. De même, l'odeur qui se dégageait du sang et des viscères était affreuse.
La rivière ne devait pas être loin. C'était une bonne chose, elle pourrait aller se laver. Sur ses bonnes pensées la voleuse traîna sa moitié de butin jusqu'à l'endroit désiré. Elle prendrait le temps d'enlever la peau des chaires plus tard.

Elle laissa ses vêtements, dagues et arcs sur une pierre, ne gardant pour seul vêtement que son short de toile. L'eau était fraîche. C'était la première fois de sa vie qu'elle pouvait profiter d'une telle quantité d'eau sans avoir à se soucier du rationnement. Elle en profita aussi pour se désaltérer longuement. Dans cette forêt, elle avait la réelle impression d'avoir tout ce qui lui était nécessaire à portée de main. Un eden à porté de main. Si un si petit endroit pouvait être à ce point paradisiaque, alors il devait bien y avoir un véritable paradis. Il ne lui restait plus qu'à le découvrir.
En attendant, elle pouvait se délasser en paix, voir même essayer d'attraper des poissons. A moins qu'elle ne réussisse à se laver les plumes?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 3:40
De la colère, elle pouvait donc être vraiment en colère, c'était encore intéressant. Et pourtant, elle semblait vouloir le cacher, la preuve, j'avais du vraiment avoir de la chance pour avoir aperçu cette lueur qui s'était évaporée aussitôt comme de l'éther. Je haussai les sourcils. Elle avait mal pris mes paroles, elle avait sûrement s'en aller, mécontente, traînant son butin derrière elle avec difficulté. C'était ce que je m'étais imaginé en premier, Et pourtant, elle me surprit une nouvelle fois.

Je n'avais pas bougé d'un poil, elle s'était avancée près du cadavre puant pour le dépecer. Elle allait donc m'ignorer ? Elle allait me laisser le choix de partir ou non ? C'était fourbe. Mais j'allais juste m'en aller si c'était ce qu'elle voulait me proposer. Étrangement, je pensais qu'elle commencerait par le dépecer. Mais elle se mit à le découper. Désormais appuyé contre un arbre, je l’observais du coin de l'oeil. J'étais à l'ombre et mes yeux avaient retrouvé leurs pupilles de taille moyenne. La changeling découpait l'animal en deux, peut-être pour le transporter plus facilement ? Le loup était très grand, elle espérait peut-être en attacher un dans son dos et porter l'autre moitié avec sa propre force qui ne devait pas vraiment être grande, vu les petits bras qu'elle avait.

Quelques autres minutes s'écoulèrent dans un silence tranquille, bercé par le son de la rivière non loin et le vent qui soufflait entre les arbres. J'avais croisé les bras, l'observant pour savoir le fin mot de l'histoire. Oui, car ce qu'elle était en train de faire était intriguant, elle ne prêtait plus attention, elle allait certainement s'en aller sans demander son reste. Je la regardai prendre l'arrière de l'animal et, sans prévenir, me l'envoyer. Par réflexe, j'attrapai la moitié de cadavre sans difficulté avec mon bras blessé. La tache de sang qui mouillait le bandage de fortune s'agrandit. Ha oui, j'avais oublié, quand blessure il y avait, il ne fallait presque plus utiliser la partie touchée, ou cela s’aggravait, un truc comme ça. Je la regardai d'un air perplexe, mais presque neutre. Paraître le plus inhumain possible était dans mes règles. Les émotions faisaient l'homme, ne pas en avoir t'éloignait de cette humanité que tant de personne cherchait à obtenir.

Ce qu'elle me dit me piqua à vif. Cette inconnue cherchait vraiment à m'aider ! Mais que voulait-elle ? Mes faveurs ? Je ne les donnais plus à personne depuis mon enfance. Pourtant, elle continuait à vouloir me donner une part de quelque chose. Ne lui avais-je pas dit que je n'en avais pas besoin ? Elle devait avoir les oreilles bouchées. J'ouvris la bouche pour lui dire le fond de mes pensées, mais elle avait déjà tourner les talons. Cette fille était vraiment fatigante. Je ne voulais pas me coltiner ce truc qui ne me servirait à rien du tout. Je soupirai en la regardant mordre un morceau du loup. Bien sûr, c'était infect, pas étonnant venant d'une bête comme ça. Les carnivores avaient rarement un gout appréciable, c'était ce que j'en avais déduit après quelques années de vagabondage.

La suite me prit au dépourvu. En effet, la sauvage se déshabilla sans aucune gêne pour plonger dans la rivière. Bien sur elle devait sentir la mort, mais c'était ses vêtements qu'elle aurait du laver, pas elle. Je la regardai faire sans faire aucun effort pour paraître discret. Moi même je me promenais torse nu à longueur de journée, mais bon, c'était autre chose ! Je passai entre le cadavre que je tenais par la queue et la jeune femme qui se baignait tranquillement. L'autre moitié du cadavre était posé par terre, laissé sans surveillance. Une solution se profilait. Je me décollai du mur et m'avançai vers le rivage d'un pas nonchalant, traînant l'arrière train du canidé derrière moi. J'arrivai juste devant elle, mais je me détournai sans rien dire et déposai le demi-cadavre sur son autre moitié. L'instant d'après, je jetai un coup d'oeil vers elle. Il fallait le demander, cela me titillait très fort.

-Pourquoi est-ce que tu t'obstines à me donner une part ? J't'ai déjà dit qu'j'en avais pas besoin, garde tout, ça m'dérange pas.

Mon ton n'avait plus aucune émotion, si ce n'était de la lassitude que trahissait également la lueur dans mes yeux. Je ne venais pas d'être gentil ? Non, impossible. J'avais juste été normal, neutre, parfaitement neutre.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 4:24
L'expérience avait beau être nouvelle, Daraen la trouvait tout de même agréable. Ce qui lui tenait lieu de baignoire était immense, et elle n'avait pas besoin de se laver au crin, ni même de partager avec d'autres. Quand bien même ça aurait été le cas, il y aurait eu bien assez de place pour une ville entière. En se serrant bien, évidemment, mais les Hargoniens étaient capables de tout en question d'eau.
La femme en était à se lisser les plumes, enlevant les saletés qu s'y étaient coincées, lorsque l'homme apparut. Il l'avait suivit, ça ne l'enchantait guère. Ses ails vinrent couvrir son corps, cachant ce qu'elles pouvaient au pervers. Elle n'en était pas réellement offusquée; néanmoins, elle ne portait pas assez l'inconnu dans son coeur pour accepter qu'il se permette de partager son bain comme si de rien était. Il était assez grand pour se dégoter une autre mare. Même si ce n'était pas son idée première.
La Changeling fit carrément la moue lorsque le pirate déposa sa part sur son butin. Il était buté. S'il n'en voulait pas, il pouvait se contenter de le jeter dans un fossé. Elle ne voulait rien lui devoir, par pitié ou par roucoulades stupides.

Son dégoût devait être visible; elle attrapa ses vêtements et sortit minutieusement ses effets de ses poches avant d'entreprendre de nettoyer son armure grâce à sa cape, mouillée pour l'occasion. Elle se faisait un point d'honneur à ignorer son interlocuteur. Il était par ailleurs réellement énervant. Face à lui elle avait l'impression de se retrouver à mendier pour son pain. Et elle était bien assez indépendante pour ne pas avoir besoin de ça.
En plus, il posait des questions stupides.

-Pourquoi est-ce que tu t'obstines à me donner une part ? J't'ai déjà dit qu'j'en avais pas besoin, garde tout, ça m'dérange pas.

Elle leva les yeux l'humain, un sourcil levé. Bon, ce n'était pas ses questions qui étaient bêtes, mais lui. Totalement et définitivement lui. Ou alors il avait été élevé avec une cuillère dans la bouche, à toujours pouvoir profiter de tout. Pfff, privilégié...
La voleuse continua sa tâche, le temps d'enlever au moins une bonne partie du sang. Après quoi elle parla à son tour, avec sa voix toujours aussi guttural. Cependant, chaque mot fut articulé avec soin pour que l'autre débile puisse comprendre.

-C'est TA part. Jette, brûle, mange. Mais ne donne pas. Pas à moi. Je peux chasser, pêcher. Pas de pitié.

Ses effets étaient propres, enfin. Elle commença à les étaler sur les rochers pour les faire sécher. Sans enlever un seul pied de l'eau. Profiter du moment présent, c'était un mot d'ordre, un style de vie. Sauf que désormais, les yeux dorés ne lâchait pas l'homme. Et la méfiance qui les faisait briller était vive. En quelques gestes, la femme fut au centre de la rivière, bien campée sur ses positions. Elle avait repliée ses ailes, protégeant sa poitrine avec ses bras. Même si c'était agréable, l'eau l'entravait et rendait toute tentative de vol difficile. Mais ses serres étaient présentes, alors elle n'avait rien à craindre. Jamais désarmée, même à demie nue.

- Tu as faim? Je partage si j'ai. Je peux capturer encore, pas de problèmes. Je ne mendie pas; je vole si besoin.
La forêt est libre. Pas de propriétaire, chacun sa part.


Même si c'était difficilement exprimé, l'idée était là. Et il valait mieux ne pas contester. Avec de la chance, plus tôt cette conversation serait finie, plus tôt elle irait chercher des fruits. Dommage qu'il n'existait pas d'arbres à gâteaux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 5:46
Et bien elle était pudique en fin de compte. Elle ne m'avait juste pas vu arriver, ou pensait seulement que j'allais partir avec ma part. C'est pourquoi, quand elle sursauta presque en se cachant la poitrine. Ha oui. Les filles doivent cacher leur poitrine, elles ont quelques chose à cacher. J'avais oublié ce détail. Mais de tout manière, mon regard ne lâcha pas les yeux dorés de la changeling qui me regardait d'un air des plus méfiant. Je n'avais pourtant rien fait, il fallait croire que mon image de personne mauvaise fonctionnait bien. J'avais tellement travaillé pour que cette image soit collée à ma peau pour éloigner le plus de personne possible. La voir ainsi me détester sans raison me satisfaisait, je n'avais plus de raison de rester là. Alors que je m’apprêtais à tourner les talons après quelques minutes d'immobilité, elle m'interpella de nouveau.

Ce qu'elle me dit me mit un peu en colère, une lueur exaspérée dansa dans mes yeux bleus. Pitié? Elle pensait que je la prenais en pitié? C'était ridicule! Mes poings se refermèrent. Elle voulait absolument que je ne la garde pas... Or, si elle en avait vraiment besoin, elle l'aurait prit, donc sa partie lui était donc également inutile. C'était vraiment inutile oui, surtout la viande, mais peut-être que la fourrure pouvait m'être utile après tout. Je pouvais m'en servir comme paillasse pour la nuit. J'avais l'habitude de dormir par terre ou dans un arbre, un substitut de lit me contenterait. La peau pouvait donc me servir, j'en avais peut-être besoin. Ses phrases courtes et assez simple étaient assez amusante, elle n'aimait vraiment pas parler, ça se voyait à dix kilomètres. Cependant, moi non plus je n'aimais pas parler, mais mes phrases étaient parfaitement bien construites, enfin... En tout cas, je savais faire de longues phrases moi.

Pendant quelques instants, je me surpris à ne rien faire si ce n'était la fixer. Après tout, c'était elle qui me fixait, je ne pouvais perdre dans une épreuve d'intimidation pareille. Elle continuait ses petites affaires comme en m'ignorant, mais elle avait ancré son regard d'or au mien. Elle était bien méfiante, ses serres me le confirmaient parfaitement. Était-elle prête à me déchiqueter au moindre mouvement suspect? Cela me fit sourire intérieurement. Elle avait mauvais caractère en plus, cette sauvage. D'ailleurs, les vagabonds avaient souvent mauvais caractère. C'était surement du à notre manque d'éducation. Moi je ne voulais pas d'éducation, ma vie me suffisait amplement. Alors que je m'accroupissais, enfin décidé à dépecer l'animal, l'inconnue reprit la parole.

Elle le faisait exprès? Partager? Je n'avais pas besoin de son aide! Elle ne comprenait pas cela? Elle pensait que j'étais un enfant ayant toujours besoin d'assistance pour avoir sa nourriture? Je montrai les dents sans m'en rendre compte. J'étais parfaitement autonome! J'étais parfaitement autonome quand j'avais seulement dix ans! Je la foudroyai du regard. Mes gencives semblaient prêtes à exploser sous la pression. Je ne supportais pas qu'on me croit seulement dépendant de quelqu'un ou de quelque chose. Ce ne sera plus jamais le cas, je ne voulais plus jamais avoir besoin de quelqu'un pour vivre.

-Je n'ai pas et n'aurais jamais besoin d'une aide pour me nourrir seul, j'me nourri de c'que j'vole. J'ai toujours été autonome, n'croit pas que j'mendie ou qu'on m'donne de la nourriture comme un p'tin d'gosse de riche.

Mon ton était clairement énervé, cette fois-ci, je laissais ma voix trahir l'émotion que je ressentais vraiment. Je la regardais, une flamme de rage dansant dans mes yeux, les muscles tendus. Je ne pouvais pas laisser une seconde croire ça. J'étais un voleur, un vagabond, un assassin, un connard, tout ça, mais pas un assisté. Je pris d'un geste rageur ma moitié de cadavre, attrapai sa peau, et d'un geste violent; je l'arrachai du corps. J'avais besoin de ça pour passer mes nerfs, car jamais je ne m'en prenais aux plus faibles. Tout en faisant cela, je n'avais pas quitté les deux yeux dorés qui me regardaient depuis un moment.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 6:31
Les deux protagonistes en étaient devenus à se crier dessus et à se menacer. La rencontre n'était réellement pas un succès, chacun considérant que l'autre le prenait en pitié. Au moins, Daraen savait désormais que les Sirènes avaient un sale caractère. Et ne semblait pas vouloir faire trempette pour éviter qu'on ne découvre leur véritable nature. Sans compter qu'elles avaient aussi tendance à dépecer leurs proies sans délicatesse ou attention.
L'autre éructait de rage, faisant bien comprendre que la pitié, il n'en avait que cure et qu'en plus, elle avait commencé en lui offrant son lapin. Il avait beau nier, il se comportait comme un "gosse de riche", ainsi qu'il le disait. A être fier, refuser d'accepter ce qui était aux yeux de la femme un geste normal. S'il n'en voulait pas, il aurait pu dédaigner le présent, ou encore le laisser. Il l'avait prit et dévoré. La mauvaise foi allait finir par l'étouffer...

Ils se fixèrent un moment. Long ou court, il n'y avait pas vraiment moyen de le savoir. Peu importe le temps passé, la femme finit par lever un sourcil.

- Tu comptes observer encore longtemps?

A force de parler, sa voix devenait un peu plus clair et les mots lui revenaient doucement plus facilement. Cependant, elle n'avait aucune intention de prolonger d'avantage la discussion. A vrai dire, il la lassait même. Le loup qu'ils avaient combattu devait être lus souple d'esprit que l'être qu'elle avait devant elle.
Les serres de la voleuse continuaient à cacher son peu de poitrine. Maintenant redressée, la taille hors de l'eau, elle fit mine de pianoter des doigts. Ses vêtements n'étaient pas encore secs mais si peu humides que ça ne serait pas un problème: dès qu'il lui foutrait la paix, elle se rhabillerait et filerait de là à tire d'aile. Ce n'était pas le paradis: les gens comme la sirène auraient été refoulés au portail sinon.

- Tourne toi..

Après plus d'un mois sans s'exprimer, sa gorge finissait par lui faire mal. Un raclement de gorge et toussotement brisa le silence entre deux piaillement d'oiseaux. Si elle n'était pas pacifique de nature, elle en aurait commencé à ressentir de l'énervement tiens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 8:02
Je jetai la carcasse sans peau dans l'eau. Elle n'en avait rien à faire de ce que je disais hein? Oui, rien à faire, elle avait complètement ignorer mes propos, comme un faible vent vint effleurer une feuille parmi tant d'autre. J'eu envie de grogner, mais je m'en retins. Ces réflexes étaient vraiment énervants, encore ces foutues expériences qui revenaient crier haut et fort dans mon esprit qu'elles avaient été présentes et qu'elles le seraient toujours. Je baissai la tête. Foutue vie. Foutu destin qui m'avait fait me retrouver devant cette changeling qui semblait avoir un coeur de pierre, le vrai coeur de pierre. Ma confiance se brisa, avais-je trouvé quelqu'un qui arrivait à être aussi méchante que moi, et naturellement? Je n'avais pas assez travailler mon rôle pour tenir face à ça. Mon masque était plus fragile que je ne l'avais imaginé, mon rôle était faible. Bordel! Je fronçai les sourcils. Ma tête était assez baissée pour que mon expression d'échec ne se vît pas. Je n'étais pas assez préparé, j'avais l'habitude des personnes normales, pas avec le caractère que j'essayais d'avoir.

Cela faisait si longtemps que je tenais ce rôle, je pensais avoir oublié ma véritable personnalité. Je pensais même que j'étais vraiment devenu un connard, un vrai connard. Que je ne changerais plus, que j'avais fusionné avec le caractère que j'avais créé de toute pièce pour réussir à avoir le moins de contact possible avec les gens. Mais, lors de cette rencontre, le masque s'était fissuré, une fois, j'avais pensé que ma solitude était un peu moins grande, deux fois, j'avais accepté quelque chose de quelqu'un, trois fois, je pensais que j'avais été gentil. Trois fois, trois fois de trop. La faim avait était déclencheur, puis, une autre raison étrange était venue. Je pensais mon masque soudé mon visage à tout jamais, j'avais tord.

Je ne savais plus comment réagir, je savais que je pouvais perdre si je continuais dans cette situation, mon rôle ne tenait pas, je faisais des erreurs, j'allais en faire. Ça n'allait pas. Mes poings se fermèrent tellement qu'ils en devinrent blancs. Avais-je fait des erreurs? Je n'avais pas envie de chercher, et pourtant, je venais d'y penser avant. Ma couverture ne devait pas tomber. Je devais réagir vite, faire quelque chose. Mais quoi? Courir? Ce serait stupide, j'avais toujours un minimum d'honneur! Soudain, sa voix rauque me sortit de mon débat. Je ne relevai pas la tête pour autant. Je ne savais pas si j'allais arriver à contrôler les émotions qui passaient par mes yeux. Pourquoi n'y arrivais-je plus? Je devais me ressaisir!

Me retourner, c'était une chance, une vraie chance. J'obéis malgré le fait que cela ne collait pas avec le "Jered" que j'avais fabriqué. Je me forçai à soupirer d'un air exaspéré et m'assis sur un rocher, dos à la changeling. Je devais me ressaisir là! Que ce passait-il? Je ne devais pas penser que mon rôle ne tenait pas. Elle ne savait pas, l'inconnue ne pouvait pas savoir que c'était un masque. Elle devait penser que j'étais fou, juste fou. Un fou qui perdait l'esprit et qui était bipolaire. Bien sûr, comme si elle connaissait ce mot. Même moi je l'avais appris par hasard, un bipolaire était passé dans la rue, en hurlant qu'il ne l'était pas. Puis il avait pleuré, puis il avait sourit. C'était étrange. Mais je pouvais me baser sur ça. J'appuyai ma tête sur mes mains et me cachai les yeux avec. Bon, comment devais-je réagir à présent? Je restai immobile. L'ignorance, le détachement, faire comme elle, faire comme si rien ne me touchait. Un sourire amer effleura mes lèvres. Ho, mais c'était un des points qui faisait de Jered ce qu'il était.

C'était décidé, j'inspirai d'un bon coup et mon visage redevint neutre. Je ne savais pas vraiment comment réagir, le Jered habituel ne pouvait pas marcher, il n'était pas assez fort, peut-être que jouer la carte du dépressif pouvait marcher. Malgré le fait que je change de moralité en quelques minutes, je ne pouvais pas la laisser m'approcher, ni m'insulter. Je devais gagner, quitte à utiliser tous les types de personne que j'avais pu observer. Je ne pouvais pas laisser voir le vrai moi. Etant petit, le moi était trop pris à la légère, trop faible, trop pitoyable pour survivre dans la rue. J'avais du changer, pour survivre. Mon apparence si "mignonne" comme ils disaient attirait bien trop de personne, bien trop de personne qui était bien sur mal intentionnées. J'en avais fait les frais devant des femmes qui voulaient m'adopter, pour m'envoyer dans un orphelinat, ou me tuer. Je ne pouvais pas supporter ça. Et désormais, je ne pouvais pas me permettre de baisser les bras et de regarder les barrières volent en éclats. Une lueur de colère dansa dans mes yeux. Fichu humain, fichu elfe, fichu nain.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 22 Mai - 8:58
En plus d'avoir un caractère de cochon, l'homme était aussi un porc. Il venait de jeter sa carcasse dans la rivière, sans soucis de la pollution que cela provoquerait. Les sirènes n'avaient même pas de respect pour leur propre habitat? C'était curieux. En plus il se foutait des autres qui pouvait en souffrir. A Hagor, le simple fait de trouver un rat noyer dans un sceau était une raison pour faire le deuil. Pas tant que ça pour l'animal que pour le rationnement accru qui suivait. Par réflexe, la belle attrapa le cadavre, le renvoyant sur la berge. Aurait-il fallut préciser qu'il pouvait le jeter sur la terre? Il était si stupide que ça? Au moins comprenait il les demandes et s'était il tourné. C'était déjà ça de fait. Même s'il boudait, ou une chose qui y ressemblait.
Elle ne le quitta pas des yeux tandis qu'elle se rhabillait lentement. Elle avait repris forme humaine pour se faire. Son armure avait beau être dos nu, passer les ailes était une étape on ne peut plus difficile. Sa peau frottait contre le cuir, rendant l'expérience désagréable. Et son short collait aussi. Heureusement qu'elle n'avait pas de pantalon.

Elle passa un petit instant à coiffer ses cheveux avec les doigts, les démêlants comme elle pouvait. Ses yeux fixèrent sa chevelure, puis vinrent se reporter vers celle de l'humain. Il y avait toujours un mystère qu'elle n'avait pas résolu... Et elle partait bientôt, alors autant essayer avant de s'envoler, non?
Silencieusement, elle amena ses doigts vers la tête de Jared puis... tira un coup sec sur une mèche bleu, ignorant la réaction de sa victime. Ah, c'était sec. Même pas un peu mouillé. Etait-ce normal? Aucune idée, et en fait elle n'avait pas vraiment envie de lui poser des questions.

- Sec? Drôle de Sirène que voilà...

Elle battit un peu des ailes, à nouveau hybride. Elles étaient lourdes à cause de l'eau; il lui fallait attendre qu'elles sèches. Changement de plan alors.
Reprenant carcasse et arme, elle s'éloigna d'un ou deux pas et, s'asseyant, commença à séparer tant bien que mal la chaire de la peau. Et de ne plus faire réellement attention à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 4:06
Faute de pouvoir voir, je pouvais écouter. Et j'entendais bien des choses. L'eau, le vent, les bruits de la forêt. Les sons que la changeling faisait. Je me concentrais pour analyser le moindre son que l'inconnue produisait. En premier lieu, elle semblait traîner la carcasse que j'avais envoyé dans l'eau sous la colère, mais surtout sous l'incompréhension. Ensuite, elle sembla sortir pour aller s'habiller, ce qui était certainement son but principal.

Je profitais de ce moment pour de nouveau chercher une échappatoire à cette situation. Je réfléchis, je réfléchis. Bon sang, j'avais déjà fait ça tant de fois avant que le Jered habituel n'arrive. Analyser, comprendre, adapter. Je refermai les doigts dans ma chevelure bleue pastel. Je devais me reprendre. Première étape: analyser.

Cette fille avait un caractère de merde, tout comme le Jered que je jouais. Elle ne se laissait pas faire, son regard ne trahissait aucune émotion qui pouvait la défavoriser. Brute, sauvage, impolie, une bête avec une humanité donc avec un esprit réfléchi qui n'était pas si bête que ça. Je soupirai. Deuxième étape: comprendre.

Je savais bien que je ne pouvais pas gagner face à elle, question engueulade et maîtrise de soi. C'était impossible, j'allais forcément faire de nouvelles erreurs à un moment. Je ne pouvais plus continuer sur cette voie. Je devais peut-être la convaincre de partir? Cependant, l'ignorer était-elle la bonne solution? Les changelings étaient bien trop curieux, pour la plupart en tout cas. Peut-être que l'ignorance pouvait la pousser vers moi, ou l'inverse. Je penchais plus pour l'inverse, mais je ne pouvais pas risquer de la faire.

J'avais compris plus ou moins, j'étais en plein résonnement, j'étais prêt à passer à l'adaptation. Mais, trop concentré et plongé dans mes pensées, je n'avais pas entendu la changeling s'approcher de moi. Celle-ci tira sur une mèche de mes cheveux. Je ne ressentis aucune douleur -seule chose qui n'était pas fabriquée pour le rôle de Jered- mais je décollai mon visage de mes mains pour la regarder, derrière moi. Mon regard, non contrôlé, était plus amorphe qu'autre chose.

Ses paroles me surprirent vraiment. Moi, un sirène? Elle se foutait de ma gueule? Que voulait-elle dire par sec? Bien sûr que j'étais sec! J'étais tout le temps sec, je ne voulais qu'être sec! L'étonnement put se voir -contre mon gré- sur mon visage. Mes cheveux... Elle pensait que mes cheveux étaient mouillés? Ils étaient juste bleus, en avait-elle conclu que l'eau les rendaient bleus? Que leurs couleurs ne pouvaient être dut qu'à une race précise; les sirènes? C'était un résonnement bien compliqué, ou justement vraiment simple. Elle avait l'esprit vraiment étrange pour arriver à une conclusion pareille. Malgré moi, je souris un petit peu, un sourire amusé. Je me contrôlai au maximum pour qu'il passât inaperçu, mais il effleura quand même mes lèvres quelques secondes alors que je la regardais battre ses ailes trempées. Un rire très bref s'échappa de mes lèvres, incontrôlable. Je ne pouvais plus rien faire.

Moi sourire? Je pouvais encore sourire, je voulais dire, sourire par amusement, un autre sourire que pour se moquer ou pour paraître fou? Je pouvais toujours faire ça? C'était étrange, je pensais avoir oublié. Néanmoins, je semblais vraiment avoir oublié comment être heureux, je ne ressentais rien, j'étais juste amusé pour une raison simple. Ça faisait bizarre quand même. Mon regard semblait lui aussi plus vif, plus clair, plus vivant. J'étais toujours dos à elle, la tête à moitié tournée dans sa direction. Je ne calculais plus rien, je n'y arrivais plus. Je n'avais pas le temps de réfléchir. Elle voulait s'en aller, mais elle devait attendre. C'était comme si le soleil se couchait lentement. Le temps pour la lumière était compté. Le temps avant la fin de cette scène. Lentement, le soleil descendait vers l'horizon... Le temps s'écoulait, sans que je ne pusse contrôler quoique ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 4:51
C'était... délicat. Le pelage était rêche à cause du sang et de la saleté, et la peau assez coriace. Mais ce qui était bien plus dur, c'était bien d'enlever la viande sans abîmer la moindre parcelle de fourrure. Les muscles étaient puissants et maintenant que la rigidité cadavérique les avait atteint, c'était presque comme vouloir couper du bois. Sa dague n'était pas aiguisée depuis un moment alors le fil avait perdu de son tranchant. Il faudrait qu'elle pense à aller voler une pierre à aiguiser. Et à refaire son stock de flèches une fois ceci fait. Si la chance était avec elle, la voleuse pourrait même piquer des pointes en fer, plus efficace que les pieux qu'elle taillait dans les branches. Dans ce cas, elle devrait aussi penser à prendre de la corde pour les attacher. C'était une vraie liste en fait!
Quelque fois, elle sembla sur le point d'abandonner, d'autant plus que ses serres n'étaient pas pratiques; elle déchiraient avec elles alors un simple faux mouvements suffisait à ruiner sa future vente.

Soudain, Daraen leva la tête, jetant un furtif regard derrière elle. La Sirène qui n'en était pas vraiment une venait de rire. Bizarre. Sans chercher plus loin la Changeling se replongea dans son ouvrage. Même si elle le niait souvent, elle était humaine et connaissait toutes les émotions qui y étaient associées. Du moins en théorie: on pleurait lorsqu'un être mourrait, on riait quand on était heureux (elle en avait fait l'expérience), la rage, la peur... Chacun était libre de ressentir ce qu'il voulait. D'ailleurs, elle même connaissait la joie quand elle volait. Et qu'elle volait. Les deux sens lui procurait du plaisir, par le simple fait qu'ils la faisaient se sentir vivante. Quand elle courait aussi. Ou appréciait l'eau et une baignade. L'envie aussi était connue. Enfin bref, tout ça pour dire qu'elle ne s'intéressa pas le moins du monde à la raison du gloussement. Entre autre parce qu'elle était assez occupée sans devoir en plus s'occuper de futilité.

Lentement, minutes après minutes, heure après heure, la belle finit par obtenir un résultat quelque peu satisfaisant. Il restait encore des morceaux et le tout empestait le cadavre. Pour le premier, les corbeaux suffiraient. Le second par contre nécessiterait du temps et du savon. Les marchands intéressés se débrouilleraient. En attendant, elle étendit la pelisse sur le sol. Les charognards auraient un bon repas sans effort. Il faudrait simplement qu'elle pense à la récupérer après ça. Dès lors, elle se bloquait encore plus, à moins qu'elle n'abandonne là son butin. Ce qui ne lui posait pas plus de problème.
Comme si elle était seule, la demi leva la tête vers le ciel. Il prenait de magnifiques couleurs orangées, teintées de rose. Peu à peu le bleu cédait la place, impuissant. La nuit allait s'imposer, puis les étoiles et enfin la lune apparaîtrait dans toute sa splendeur. Sur les terres, les astres n'étaient pas aussi gros que dans le désert. Encore une chose bizarre qui la laissait penser qu'Hagor était un monde à lui seul. Le vent devint plus frais, caressant doucement sa peau, la faisant presque frissonner. Le ciel... l'appelait.
L'aigle ouvrit les ailes, délaissant la forme humaine dans laquelle il était emprisonnée et se mit à se hisser vers les nues. Un étrange ballet fut mis en place: elle plana, piqua, décrivit des cercles, se laissant porter par les courants ascendants ou descendants... Chaque seconde passée était un délice; elle s'autorisa même à lancer un cri. Le manège continua jusqu'à ce que le soleil ne s'apprête à disparaître. Alors seulement l'oiselle se pencha, rejoignant une branche, juste en face de l'endroit où Jered se trouvait.

C'était une branche imposante, avec un gros noeud dans le bois. Un bon coin pour nicher, assurément. Assez solide même pour qu'un humain s'y tienne. Etant habitante des sables, on ne pouvait pas la dire doué pour un tel exercice. Avec précaution, la femme se mit à califourchon, appuyant son dos contre le tronc. Moins de dix mètres la séparait du sol; il valait mieux qu'elle fasse attention à ne pas tomber. Elle passa sa cape autour de ses épaules. Au moins elle ne prendrait pas froid dans la nuit. Finalement, ses paupières se fermèrent, cachant l'éclat de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 5:48
Tout allait bien. La changeling ne semblait ni relever le changement de tempérament dont j'avais fait preuve, ni du rire étrange et du sourire qui le composait. Rien, elle n'avait pas réagis. D'un côté, cela me rassurait, je n'avais pas de raison à lui donner.

L’atmosphère était un peu pesante. Il n'y avait pas un son, pas une parole qui n'était prononcée. Nous n'avions rien à dire. Nous étions si proches mais opposé. Le Jered que j'avais crée avait rendu très méfiante cette changeling. Je ne pouvais plus retourner en arrière. Je n'avais plus qu'à agir comme je le sentais sur le moment. Ce que j'avais décidé sur ce moment était juste de rester distant, sans fuir. Ne pas chercher le contact, laisser tout passer, ne presque pas réagir. C'était mon plan pour cette scène. C'était ainsi que nous nous étions retrouvé dos à dos. L'inconnue dépeçait lentement la peau du loup géant. De mon côté, la peau était toujours à mes pieds, arrachée parfaitement sous la frustration. J'avais eu la chance que le cadavre fut encore relativement frais pour que la fourrure se détachât sans trop résister. Pour passer le temps et surtout pour m'éviter de penser à mon échec, j'attrapai la fourrure sentant la mort. Elle était rêche, mais épaisse, et cela me convenait. L'odeur n'était pas vraiment forte vu que l'arrière train n'était pas abîmé par le combat que nous avions mené. La chair qui était venue avec la fourrure sentait pourtant assez fort. Je dégainai mon épée, faute de mieux. Ce n'avait rien de pratique, mais je devais faire avec. A faute de grives, on mange des merles non?

Enlevé la chair ne fut pas chose facile avec une épée longue, mais j'arrivai cependant à terminer avant la changeling. La fourrure était déjà plus souple et sentait moins fort. Néanmoins, il lui aurait tout de même fallu un bon bain. Je ne voulais pas faire ça. Bien sûr, je pouvais supporter de mettre mes bras dans l'eau pendant un certain temps, même si cela me mettrait horriblement mal à l'aise. Certes, mais je ne voulais pas faire ça maintenant. Le soleil se couchait pour de bon, les lumières changeaient lentement. La nuit et ses astres lointain vinrent prendre place. Je voyais assez bien, encore une conséquence de l'expérience. Quand le jour était tombé, la changeling s'était transformée. Un aigle, un magnifique et imposant aigle. Je ne pus m’empêcher de le regarder s'envoler majestueusement.

J'aimais bien les animaux, ou plutôt, eux m'aimaient bien. J'aimais surtout les observer. Ils étaient libres, forts, autonomes. Tout ce que je rêvais d'avoir. Je ne pus m'empêcher de m'allonger par terre, ou plutôt sur la fourrure fraîchement lavée, pour admirer le vol de l'aigle. Elle n'allait pas me détester pour ça de toute manière. Et je doutais qu'elle ne me vît. Les oiseaux étaient souvent bien trop absorbé par leurs vols pour remarquer de quelconque spectateur. L'aigle faisait pirouettes, piqués et acrobaties sans s'arrêter. Elle devait se défouler.

Après plusieurs minutes où je ne bougeais pas, le visage neutre mais avec une certaine sérénité, l'aigle redescendit. Je me levai également pour retourner sur mon rocher, faisant comme si je n'avais prêté aucune attention à son vol, que je m'en fichais éperdument. Je ne pus malheureusement m'empêcher de suivre l'animal des yeux. L'oiseau se posa, juste en face de moi. Cela voulait-il dire quelque chose? Voulait-elle m'envoyer un message, ou était-ce une pure coïncidence? Je n'en cherchai pas la raison et la regardai sans bouger, le visage neutre, reprendre sa forme humaine et essayer de dormir sur une branche haute. Elle n'avait pas l'air à l'aise. Bien sûr, dormir sur une branche était très difficile, tenir dessus n'était pas le problème, c'était plutôt ne pas bouger quand on s'endormait. Enfin, je disais ça, mais je n'avais pas dormi depuis quatre jours, et mon dernier sommeil avait duré trente minutes.

Que faire? S'en aller pendant qu'elle dormait? Non, je passerais pour un trouillard qui s'échappait pendant la nuit. Il me restait peu d'options. Je me levai et me dégourdis un peu les jambes. Il ne me restait plus qu'à... faire semblant de dormir? Ou alors, justement, montrer que je ne comptais pas dormir? Je n'en savais plus rien! Le Jered habituel se serait entraîner, mais je n'en avais plus aucune envie. Je soupirai en passant une main dans mes cheveux. Je n'avais plus qu'à retourner à ma place. Ou peut-être pas en fait. Je regardai le rocher haut qui était enfoncé dans le sol juste à côté de la rivière. C'était mieux. Je sautai dessus et laissai mes pieds pendre au dessus de l'eau située à un mètre et demi de moi. Mon regard se perdit à l'horizon, entrant dans une sorte de veille. Je n'étais plus à proprement parler conscient, j'étais juste comme absent, c'était ce qui se passait souvent quand je passais mes nuits éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 7:44
A quoi rêvent les oiseaux? C'est une question vouée à rester sans réponse, tant les intéressés ne s'expriment pas en langue humaine.
A quoi rêvent les Changelings? Il est plus facile de le savoir, quand bien même certains sont des plus taciturnes. Toutefois, est bien heureux celui qui comprendrait. Car ces êtres ont la faculté de rêver comme un humain et comme un animal. Or, ces derniers sont plus complexes qu'on ne voudrait le croire; lorsqu'ils dorment, leurs souvenirs se mêlent pour former un monde unique, tel qu'ils le voient et le vivent.

Actuellement, Daraen errait dans un monde de sable blanc, parsemé par moment de chênes millénaires dont la cime disparaissait dans les nues. Il faisait beau mais un peu froid malgré l'immense soleil et l'absence totale de nuage. Son dos lui faisait mal, la lançant même par moments. Mais elle continuait à marcher, comme poussée par un besoin impérieux. Elle ignorait les rivières et les oasis qu'elle croisait, quand bien même elle se sentait assoiffée. Quelque chose, quelque chose... Une silhouette devant elle, comme l'écho d'un passé lointain. Son ancêtre? L'image d'une vie qu'elle avait déjà vécu, dans une autre époque, un autre monde? C'était un homme grand, aux cheveux blancs. Un manteau gris... Elle ne se sentait plus aigle mais bien plus jeunette. Il y avait chez elle l'envie de venir l'attraper, le retenir par la manche, l'appeler. Oui mais... Comment s'appelait-il? Elle n'arrivait même pas à se souvenir. Pourtant... pourtant...!
Un faux pas. Elle finit à plat ventre dans une sorte de forteresse. Du métal couvrait un de ses bras. Ses narines inspirèrent une forte odeur d'iode. Il y avait des cris au loin, comme des... mouettes? Qu'était-ce donc que ça, les mouettes? Ce n'était pas sa priorité pour l'instant. Elle tendit ses doigts vers celui qui s'éloignait sans même la remarquer, s’époumonant.

- HEY!

Le réveil fut brutal. Et manqua presque de finir sur le sol. Suspendue grâce à un réflexe salvateur, la femme avait évité de se casser une jambe à cause d'une mauvaise chute. Enfin, elle ne pouvait pas remonter à la force de ses bras. Bizarrement, mouliner des jambes dans le vide ne l'aidait pas non plus. Quel étrange rêve en tout cas. Seule une image lui revenait. C'était la silhouette inconnue. Qui était-ce? Elle ne le savait pas mais pourtant, l'impression de le connaître et de l'avoir même vénéré restait tapie dans son esprit. Mmmh...
Les doigts relâchèrent leur prise. L'aigle battit maladroitement des ailes, se reprenant comme il pouvait et finit par atterrir en roulé-boulé sur plusieurs mètres, non loin de la rivière. La voleuse se releva, se tenant l'épaule. Elle venait de se faire mal; heureusement qu'elle avait changée de forme, s'empêchant de se froisser ou, pire, se casser l'aile. Il n'empêche qu'elle était couverte de terre et échymosée. Pas vraiment glorieux comme chute, surtout qu'elle n'était pas loin de l'homme.

Etait-ce important d'avoir de l'honneur? Bah. Enfin elle se redressa , comme s'il ne s'était rien passée et jeta un regard presque accusateur au pirate. Ce n'était pas un regard méchant mais plutôt celui qu'on jette à un débutant qui faisait une erreur. Aussi un moyen de détourner un peu l'attention.

- Cache toi.... tu fais peur aux corbeaux.

Elle pointa sa peau étendue du doigt. En effet, le lieu avait été boudé par les charognards et seuls quelques insectes s'y étaient osés. Or, le but de l'opération était bien que la fourrure soit nettoyée pour éviter le pourrissement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 9:16
Pouvait-on rêver en semi-sommeil? Je me le demandais parfois. Et ma réponse n'avait jamais été claire. Bien sur, si je ne dormais pas, c'était justement à cause de ces rêves, je ne voulais pas rêver, c'était trop effrayant, même pour moi. C'était pour ça que la sorte de transe dans laquelle je me mettais était des plus pratiques. Je savais contrôler les sortes de visions que je recevais de mon subconscient, si une image me déplaisait, je n'avais qu'à la repousser.

Pendant un cours moment, entre quelques images venant de cauchemars, une scène vint à mon esprit. Une prairie. Juste une étendue infinie. Le ciel n'existait pas, comme happé dans une mer de brume. La prairie était tapissée de milles et une fleurs aux couleurs pâles. J'étais juste là. Je n'avais pas de but, il n'y avait rien. J'étais comme vide. J'avais l'impression de connaître cet endroit, comme si j'y étais déjà allé. Mais je ne me souvenais pas du tout de cet endroit. Ou alors...

Un bruit sourd me tira de ma léthargie. J'avais pris l'habitude d'accroître mes sens pour réagir instantanément à chaque bruit ou mouvement. Je tournai brièvement la tête. Et ce fut sans grande surprise que je découvris l'inconnue pendant à une branche plus bas, battant des pieds avec énergie. Un nouveau mince sourire effleura mes lèvres. Je le dis disparaître juste après. Plus sourire, ne plus sourire, je ne devais plus sourire. Mon visage redevint neutre voire un peu triste sur les bords. La changeling était dans une mauvaise posture. Je ne pouvais pas l'aider. Je n'avais pas cette caractéristique dans le nouveau rôle. Je me contentai alors de la regarder à moitié, voir si elle se faisait mal. Stop. Quand avait décidé que je m'inquiétais du sort des autres? Le Jered habituel n'en avait rien à faire. Sauf que ce Jered n'était plus là. Le masque que je portais s'était brisé et les morceaux étaient tombés dans la mer. Je savais que je pouvais les récupérer, mais pas pour l'instant, les eaux étaient trop troublés pour que je pusse attraper le moindre morceau.

Après une série d'acrobaties hasardeuses, l'inconnue termina sa course par terre. Je levais les sourcils. Elle n'était pas très agile en fait. Pour tomber aussi mal d'un arbre il fallait être vraiment peu habitué. D'où venait-elle donc? Je ne pouvais pas le déterminer. D'un côté, le savoir ne m'avancerait à rien. Je n'avais pas besoin de le savoir. Tout en haussant les épaules, je portai mon attention vers la rivière située juste en dessous de moi. Il faisait toujours si sombre, et pourtant je n'avais aucun mal à voir ce qu'il m'entourait. L'eau sombre continuait à couler tranquillement. Je ne sus pas pourquoi cela me fascinais autant à cet instant. Peut-être essayais-je de ne pas regarder en arrière? Malheureusement, je le fis quand même. Et je rencontrai le regard doré de la changeling . Elle me regardait comme si j'avais fait un truc de mal. Je soutins son regard d'un air bizarre. C'était elle qui s'était étalée par terre, pas moi. Elle voulait garder sa fierté? Et bien, elle l'avait gardé. Je relevai la tête en passant la main dans mes cheveux. Elle était vraiment comme ça, ou jouait-elle également un rôle?

Elle s'approcha de moi. Ou d'autre chose, je ne savais pas. Ce que je savais c'était qu'elle me regardait avec toujours autant de méfiance et de froideur. Je avais abandonné l'idée de la regarder froidement, mes yeux bleus étaient juste plongés dans les siens, une lueur indescriptible brillant à l'intérieur. Un mélange de lassitude, de tristesse, de neutralité, d'échec. Je n'arrivais plus à garder l'expression que je voulais. Du coup j'avais abandonné.

Elle pointa quelque chose du doigt. Sans bouger la tête, je suivis du regard son bras tendu. Sa voix résonna encore. Je faisais peur aux corbeaux? Que voulait-elle dire? Je regardais la peau du loup vachement plus amochée que l mienne. Elle voulait que les corbeaux fassent le boulot à sa place? C'était ingénieux. Mais je ne faisais pas peur aux oiseaux! Les animaux n'avaient jamais eu peur de moi. Les corbeaux non plus. Je levai les sourcils en reportant mon regard vers elle. Que devais-je faire? Sa voix était calme, il y avait toujours une certaine hostilité. Je ne pouvais pas me plier sans rien dire! Ma fierté en prendrait un coup. J'optai pour une solution plus neutre. Une question. Je me redressai en me tournant complètement vers elle. Repassant une nouvelle fois la main dans mes cheveux, je lui demandai d'un voix neutre, sans aucune émotion:

-Comment pourrais-tu affirmer ça? Je ne fais pas peur aux oiseaux, tu te fais des idées.

J'avais abandonné le dialecte assez vulgaire pour reprendre un discours plus normal. J'eu un peu de mal à dire toutes les syllabes, mais ça donnait bien, c'était encore naturel. Cette question n'avait rien de menaçant, rien de méchant et rien d'impoli. Si elle s'énervait sur ça, je ne saurais plus quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Jeu 23 Mai - 9:49
Daraen pencha la tête sur le côté. L'homme était étrange, mais au moins il ne l'avait pas moqué. Par contre il se disait innocent quand à l'absence des corbeaux. C'était encore plus étrange. S'agenouillant près de la pelisse, la femme la posa sur ses genoux, examinant l'intérieur. Il y avait encore des morceaux de viande, c'était clair. Si ce n'était pas lui, alors pourquoi il n'y avait personne venu faire la curée? C'était trop étrange pour sembler vrai.

- Alors... Pourquoi?

Elle se parlait plus à elle même qu'à l'homme. Le fait qu'elle ne connaisse toujours pas son nom ne lui effleura même pas l'esprit. Elle ne considérait pas en avoir besoin et sans doute qu'il éprouvait la même chose. A vrai dire, ses pensées étaient plus occupées par l'absence d'animaux que par les relations humaines.
La voleuse finit par se lever, dénichant les restes de carcasses qui avaient été abandonnés plus tôt. Avec un soin minutieux, elle les disposa à l'intérieur, côté cuir, et aux alentours. Peut être que ça aiderait à attirer les carnassiers.

Doucement, sans faire de bruit, la belle revint vers l'endroit où était le pirate. Elle ne fit pas mine de s'asseoir à côté de lui mais s'adossa au rocher qui lui servait de siège. Les genoux repliés contre sa poitrine, les bras autour, le menton posé sur le tout. C'était confortable, ou du moins pas trop embêtant à tenir. Les yeux dorés ne lâchaient pas son bien. Pourtant, le doute commençait à s'insinuer en elle. Après quelques minutes sans que rien ne se passe, si ce n'est un élancement dans la cuisse et l'épaule, la belle pencha la tête sur le côté.

- Est-ce que... je leur fait... peur?

La voix était devenue douce. Enfin, aussi douce que la Changeling pouvait avoir. Mais au vu du ton, on ne pouvait deviner si elle se parlait à elle même ou questionnait l'humain. Leur relation était étrange, mais contrairement à plus tôt dans la journée, c'était au moins un semblant cordial.
En tout cas, la demoiselle semblait être assez calme désormais. Sa neutralité avait de quoi désarmer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Dim 26 Mai - 0:18
Les corbeaux, ces oiseaux charognards qui ne perdaient jamais une occasion pour trouver de la nourriture sans faire le moindre effort. Pourtant, de la chair relativement fraîche avait été laissée à disposition pendant la nuit, un grand cadeau, mais aucun oiseau n'était venu. Il n'y en avait même pas un qui rôdait dans le ciel, attendant l'opportunité pour se faire un bon repas. Mais là, rien, pas un chat, ou oiseau. C'était étrange oui, c'était vraiment inhabituel.

Cependant, ce qui était tout aussi bizarre, c'était la réaction de la changeling. En effet, elle semblait assez troublée par l'absence des piafs opportunistes. Si j'avais été elle, cela ne m'aurait pas tant touché, ,si les corbeaux ne voulaient pas faire la sale besogne à sa place, elle n'avait plus qu'à le faire, il n'y avait pas tant de problème sauf si elle était extrêmement flemmarde. C'était un peu de sa faute si elle se retrouvait avec la partie la plus mauvaise de la fourrure. Elle voulait juste m'ennuyer avec la partie postérieure, au final elle se retrouvait plus emmerdée que moi. Elle semblait tellement troublée qu'elle m'oubliait complètement, même ses paroles n'étaient plus adressées à moi. Je ne pouvais pourtant pas la mettre en colère avec ce que j'avais dit pourtant!

L'inconnue se mît à jouer avec la viande. Je ne lui prêtai plus attention. Je regardais la fourrure à mes pieds et la prit entre mes orteils pour l'amener à moi. La fourrure était encore toute rêche, et j'allais bien devoir la laver pour finir. Si jamais je dormais dessus, cela ne changerait rien à la terre ou à la rue. Je la reniflai un peu, elle sentit encore un peu la mort.

La changeling s'approcha de moi. Je relevai ma tête de ma nouvelle couverture et nouveau matelas pour voir ce qu'elle allait donc faire. Partir? Voyant que moi je ne le ferais pas, se dirait-elle qu'il fallait mieux s'en aller? Et bien non, je le regardai se mettre au pied de mon perchoir, les genoux contre sa poitrine, attendant que quelque chose se passât. Je soupirai, si ils ne venaient pas avant, ils n'avaient pas de raison de venir à ce moment-là. Je l'entendais me parler, ou n'était-ce de nouveau pas vraiment à moi qu'elle parlait.

Son ton me surprit. Ainsi donc il pouvait être neutre? Je pensais qu'elle ne pouvait pas parler calmement. C'était son trouble qui devait lui faire cet effet-là. Car elle était vraiment inquiète de l'absence d'oiseau. Je réfléchis. Ils avaient peut-être senti la présence de l'aigle dans les parages et attendaient juste que le prédateur volant s'en aille. Ils étaient peut-être juste planqués dans les fourrées. Ce n'était qu'une hypothèse, je ne connaissais pas grand chose des oiseaux et des relations qu'il y avait entre les races, mais ça semblait se tenir. Ou ça pouvait être également totalement stupide.

Devais-je lui dire mon raisonnement? Elle allait sûrement le prendre mal, voire très mal et s'en aller sans demander son reste. Ça pouvait m'aider. Mais elle pouvait également me comprendre et chercher un moyen d'y remédier. Je soupirai et me retournai complètement vers elle en me mettant à balancer les pieds d'un air las. Que devais-je faire? Bah, de toute manière, les deux situations étaient bonnes pour moi.

- C'est possible, ils ont peut-être "peur" des aigles... 'Fin, j'en sais rien.

Un ton las, j'avais retourné mon regard vers le ciel nocturne pour donner le même genre de "je te parle sans te parler". Certes, je lui parlais, mais je préférais jouer ainsi, comme si je m'en doutais un peu. En fait, je m'en douais un peu. Mais j'avais quand même envié d'un peu dialoguer. C'était un peu étrange. À notre rencontre, nous nous étions engueuler, puis détestent, puis ignorer. Et maintenant, nous nous parlions non sans un certain détachement, comme si rien de tout cela ne s'était rien passé. À vrai dire, mon changement de comportement devait en être la cause. Mais également le sien. En effet, soit elle jouait tout comme moi, soit elle était très extrême question émotion, et si c'était le cas. Je n'étais pas sorti de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Dim 26 Mai - 3:13
Elle était perplexe, la petite. Car dans son monde, celui du désert et des sables, de la privation et du manque, de la bataille et de la survie, personne ne manquait une seule occasion de se régaler, qu'importe la situation. Même si c'était sale et un peu moisi. Même alors qu'ils étaient chassés pour leur nourriture, les corbeaux venaient se régaler des cadavres qu'ils trouvaient. Cependant, elle était dans un monde bien plus calme et abondant. Si une proie semblait trop difficile ou risqué, alors il suffisait de se déporter sur une autre. Et ainsi de suite.
L'aigle présente, même dépourvue de toute intention malfaisante, devait avoir été repéré. Et seraient biens fous ceux qui désireraient s'attaquer à la proie d'une telle créature. Ou même chasser dans le coin. Pourtant, Daraen n'arrivait pas à se l'imaginer. Le manque d'habitude, tout simplement. Ce n'est que lorsque Jered évoqua cette possibilité que, soudainement, l'esprit de la femme s'éclaircit.

Après qu'il eut parlé, l'intéressée leva la tête vers lui. Elle le fixa de ses beaux yeux d'or, sans rien dire, tout juste battant des paupières. C'est vrai que tout était plus logique. C'était presque amusant de constater à quel point le reste du monde était riche et gaspilleur. Elle avait encore beaucoup à apprendre, mais cela signifiait aussi que ses vols seraient considérés comme moins grave, non? De toute façon, il était difficile de l'attraper, alors bon...
Mais l'idée de Jered était bonne. Même plus que ça. La femme se leva, reportant son intention sur sa fourrure. Oui, c'était la chose à faire.

- Il faut que la menace... parte alors...

Sans rajouter un mot de plus, l'oiselle s'envola dans la direction opposée, laissant le champ libre à tous les carnassiers intéressés. L'air lui faisait du bien, la sensation de voler d'avantage. Peut-être qu'après une petite ballade elle finirait par s'endormir dans un coin, et revenir au petit matin. Quelques heures suffiraient pour que son absence soit remarquée et que l'abondance de nourriture soit transmise aux intéressés.

Elle ne revint qu'au petit matin, alors que le soleil venait tout juste d'entamer sa montée dans le ciel, prête à découvrir ce qu'il était advenu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Nope.
Localisation : Nope nope.
Exp : 1272

Messages : 80
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 10
Grade : D
Joyau(x) : 100

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mar 28 Mai - 3:35
Sa réaction était entre les deux solutions que j'avais envisagées. En effet, elle ne semblait pas vraiment l'avoir mal pris, mais son départ presque précipité semblait démontrer un certain énervement. A moins qu'elle n'eut seulement compris parfaitement ce que je voulais lui dire, et sans broncher. L'inconnue était partie précipitamment sans dire grand chose de plus. Je la suivis du regard, s'envolant vers les étoiles avec puissance et grâce. En moins de temps qu'il me fallut pour le dire, je me retrouvais seul. Je soupirai, génial.

Mon hypothèse n'était si cela se disait, même pas juste! Enfin, il y avait peut-être un peu de ça, mais la viande dure et dégueulasse devait vraiment débuter les oiseaux charognards. Il y avait beaucoup de nourriture et de cadavre, même humain, dans la ville et aux alentours. J'imaginai qu'ils étaient assez gourmet pour oublier ce repas. Je haussai les épaules, la nuit devait à peine commencer sa deuxième moitié, je ne pouvais pas dormir. Je ne savais même pas si mes gènes de félin éloignaient également les charognards. Je n'avais pas envie de bouger, j'aimais bien cet endroit. Je fixai le ciel un moment. Un moment qui dura une seconde comme deux heures, je n'aurais pas pu le dire, mais quand je détachai mon regard de la brillante lune, le tas n'avait pas bougé. Aucun oiseau n'était venu. Je soupirai de nouveau, allait-elle tout faire retomber sur moi si, en revenant, l'inconnue voyait que rien n'avait changé? Elle allait surement me regarder méchamment en m'accusant de faire fuir pour de bon les charognards. C'était peut-être vrai dans le fond.

Un moment passa où je restai allongé sur le dos à regarder les étoiles sans rien faire d'autre. Aucun signe de corbeaux ne se déclara. Le jour n'allait pas encore se lever avant trois bonnes heures, si pas plus. Que pouvais-je faire? Je ne pouvais pas attirer les oiseaux, j'étais mage mais je n'en étais pas capable. Je regardai le tas de chair dégoûtant qui gisait non loin de moi d'un air las. Il fallait que quelqu'un le fît... Je regardais autour de moi. Pas de couteau, pas de truc coupant à l'horizon. Mon regard dépassa mon épée sans m'y arrêter. Trop encombrant, surtout pour ce que je voulais faire. Mes yeux bleus tombèrent sur la rivière. Je fronçai les sourcils. J'avais eu une idée, mais elle était peut-être totalement stupide. Je sautais lentement de mon perchoir. Il faisait assez sombre même si je pouvais presque sans mal distinguer tout ce qui se trouvait autour de moi. Je m'avançai, mains dans le poche, d'un pas nonchalant. Tss, comme si quelqu'un pouvait m'espionner en à cet instant-là. Je faisais tout pour paraître désintéressé.

Arrivé près de la rivière, je m'accroupis au rivage. Regardant à droite puis à gauche, je commençai à chercher une pierre coupante. Après une dizaine de minutes qui furent très longues, très très longues, je trouvai une pierre plate dont un des bords était assez coupant pour être convenable. C'était une pierre étonnante, on aurait presque dit que quelqu'un l'avait taillée. Peut-être avait-ce été le cas et que cette personne avait laissé son outil ici, sachant qu'il ne lui serrait plus d'aucune utilité. Bref, l'endroit d'où il venait m'était totalement égal tant que j'avais ce que je voulais. Je regardai de nouveau autour de moi et m'approchai du tas de chair.

Je n'arrivais pas à croire que je faisais ça. J'allais vraiment le faire? Je m'assis par terre, juste à côté du tas de chair nauséabonde. Je soupirai en attrapant la peau, sans prendre la chair. Je regardais la fourrure dans mes mains. Bien sûr, je faisais ça pour sauver ma peau et éviter une nouvelle dispute que j'allais certainement perdre ou qui n'allait de toute manière mener nulle part. J'inspirai une grande fois l'air piquant de la nuit et commençai à enlever lentement la chair qui était collée à la fourrure à l'aide de la pierre. Celle-ci, tenue fermement dans ma main, me rentrait dans la peau sans le sentir.

Le dépeçage me prit beaucoup de temps, bien plus de temps que prévu. La chair était dure et tenait comme à la prunelle de ses yeux à la peau du loup. Cela m'énervait de plus en plus. Mes gestes se faisaient de plus en plus brusques et imprécis. C'était vraiment un boulot qui me tapait sur les nerfs. Et pourtant, je continuais. Bien sûr, c'était juste pour moi que je le faisais. Uniquement pour moi, pas pour elle. Bien sûr.

Il me semblait que deux heures et demie était passée quand la fourrure fut débarrassée de toute sa chair. Enfin, le résultat n'était pas très bon, mais l'intention y était. Et les corbeaux ne mangeaient pas pour que la fourrure soit parfaitement propre de toute manière. Je me relevais. Un humain normal aurait eu mal au dos, mais je ne ressentis rien. Je jetai un coup d’œil en l'air, le jour n'allait pas tarder à se lever. J'avais supposé que la jeune inconnue allait revenir au levé du jour, avant que la chaleur fît pourrir la viande et emplît l'air d'une odeur insoutenable.

En me pressant un petit peu plus, lâchant la pierre par terre, je sautai de nouveau sur mon perchoir et m'allongeai. Je n'avais plus qu'à faire comme si des oiseaux étaient venus manger. Il y avait une chance qu'elle ne me croit pas, mais, vu ses réactions précédentes, elle s'arrêterait sur le fait que la sale besogne avait été faite à sa place. Je soupirai en regardant le ciel. Mes mains étaient dégueulasses et je les croisais derrière ma tête. Elle ne ferait pas non plus attention à ça.

Un moment passa avant que la changeling ne revînt avec l'espoir de voir sa fourrure lavée. Je la suivis des yeux jusqu'à qu'elle se posât. Quand elle fut pieds à terre, je me relevai, essayant de prendre l'expression la plus las possible. A vrai dire, ce ne fut pas difficile, j'étais de toute manière fatigué. Regardant le tas comme si je venais de le voir, je la regardai ensuite, l'air de dire "T'as vu, ils sont venus"
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre Mer 29 Mai - 8:08
Le fond de l'air était encore frais, mais les rayons du soleil réchauffaient doucement les plumes et les peaux. C'était merveilleux. Le petit matin dans ces régions était un bonheur à découvrir absolument. Le froid et le chaud se mêlaient en de délicieux accords et tout était propice à un long vol. En plus c'était beau, l'éclat de la lumière dans les feuilles, les gouttes de rosées encore présentes... L'aigle glatit. Elle aurait aimé rester plus longtemps, mais hélas, ses ailes fatiguaient. Et elle voulait voir ce qu'il était advenue de sa pelisse. Ses efforts avaient-ils porter leurs fruits? Elle l'espérait. La viande n'était pas bonne et, même si elle ne cracherait jamais sur un repas, elle préférait laisser ça à d'autres.
Alors qu'elle n'était qu'à quelques mètres du sol, elle changea de forme, préférant celle de semi. A vrai dire, maintenant qu'elle n'était plus à Hagor, il était rare que la Changeling prenne une apparence totalement humaine. A moins qu'elle ne finisse dans une ville, dans les contrées sauvage c'était l'allure sauvage qui primait. Une façon de se mettre au diapason avec ce qui l'entourait en fait.

Les griffes éraflèrent le sol lorsque Daraen mit genoux à terre, se réceptionnant de la chute. Si Jered l'observait, il pouvait remarquer que la belle avait les traits tirés, et de plus grandes cernes sous les yeux qu'hier. Il serait idiot de se demander si elle avait peu dormi, tant la réponse était évidente. Pour accentuer l'impression, l'intéressée étouffa un bâillement. Encore une preuve. Enfin, ce n'était guère ça qui la préoccupait. Car ses yeux d'ors venaient de tomber sur la fourrure, délaissée dans un coin. Sans même regarder l'homme, elle s'approcha vers son bien. Il restait des morceaux de viande aux alentours, même pas touchés. Première chose de curieuse. Le regard perçant détailla chaque morceau encore accroché au cuir. C'était net, en rien ressemblant à ceux que les corbeaux faisaient. La chair était coupée, non pas arrachée. Il fallait être naif pour espérer tromper un rapace sur ce point.
Curieusement, la femme sourit doucement. C'était un peu bizarre, mais ça lui faisait plaisir. Pas comme quand elle volait, mais tout de même un peu. Dans sa mémoire, c'était la première fois qu'un inconnu faisait un tel geste pour elle. Dans le désert, c'était plutôt "chacun sa peau, pourvu que je sauve la mienne".

Ce que "l'Autre Monde", celui qui n'était pas de sable et de poussière, pouvait être agréable... Pourtant, ça n'était pas bien parti entre les deux à la base. Plus discorde qu'amour fou. Toutefois, la nuit était passé, chacun s'était calmé. Peut être parce que l'homme avait cessé de faire le fier à bras. Peut être parce que tout glissait sur l'animal comme sur des plumes. Au final, la tension retombée, tout devenait plus facile.
Le butin dans les mains, la transformiste reporta son intention sur le ciel. Le soleil se levait, mais le vent l'appelait à nouveau. Peut être allait elle reprendre la route. L'Ouest.... La brise y allait. Qu'y avait-il là bas? D'autres paysages, d'autres vies, d'autres gens?

Les cheveux noirs voletaient doucement et il n'était manifesté aucune volonté d'y remédier. Une main griffue se leva vers les nuages. L'autre reposait le long de son corps. La voleuse était là sans vraiment y être. Combien de temps restait il encore avant qu'elle n'ouvre ses ailes et ne parte? Quelques minutes, une heure? Allez savoir avec elle...

Même incertaine, elle restait surprenante. Détournant son attention du sens même de sa vie, elle regarda le pirate, sereine. Souriante même. Ses lèvres formèrent quelques mots, presque faible mais sincère.

- Merci...

Et les mèches couleur nuit se mouvaient placidement...
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

[PV Jered] Du ciel à la terre

MessageSujet: Re: [PV Jered] Du ciel à la terre
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» .: Monoroe, celle qui règne sur le Ciel et la Terre :. [Alpha/Toxic/Rouge]
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» La TERRE vue du ciel par la NASA en 2010
» tremblement de terre haiti
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Asunia :: Forêt du Vergeau-