" Invité "
avatar
Who am i !

Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)

MessageSujet: Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre) Jeu 2 Mai - 0:33
Les premiers rayons de l'aurore venaient lécher le haut d'une falaise de cents pieds de haut, la pierre noire et humide la constituant reflétait légèrement la lumière. Les vagues gigantesques venaient s'écraser avec fracas contre ce géant de roche, l'écume, portait par le vent, venait croiser les rayons du soleil, brillant comme des milliers de diamants.

Au pied de la falaise, agrippé à un rocher balayé par les vagues, Wistala semblait ne pas se soucier de l'eau qui la recouvrait par moment. De part la couleur noire de ses écailles, la jeune dragonne se confondait à la perfection avec la couleur de la roche. Ses écailles humides brillaient à la lueur du jour, a même titre que la roche. Aucun marin, aucun promeneur, ne pourrait la distinguer ainsi tapis au milieu de la fureur de l'océan. Wistala, les griffes rétractaient contre la roche pour être parfaitement immobile, fixait avec intensité l'astre du jour qui prenait lentement sa place de maitre du ciel. Ses yeux d'un bleu pur scrutèrent par la suite la surface de l'eau. Soudain, avec célérité, elle s'aida de ses pattes pour se propulser dans l'eau et y disparaitre. Elle ne surgit que quelques secondes plus tard, s'aidant de ces ailes pour gagner un perchoir pour déguster ce qu'elle venait de saisir dans sa gueule, un énorme poisson. Wistala avala entièrement son butin, toute journée commençait par un bon repas. Repu, elle déploya ses ailes avant de s'envoler pour gagner le sommet de la falaise, elle avait prévu quelque chose de spéciale pour aujourd'hui.

Habituellement, elle passait ses journées dans la grotte qui lui servait d'antre, elle allait chasser, puis prenait forme humaine pour s'entrainer avec ces dagues. Des armes qu'elle avait découverte parmi les décombres d'une épave gisant parmi les rochers. La jeune dragonne aimait beaucoup cette activité de chasseuses de trésors, mais elle ne cherchait pas forcément tout ce qui brillait, elle était juste poussé par la curiosité, par ce quel allait découvrir. Elle adorait faire la chasse au trésor, mais, comme lui avait dis son père un jour, " les plus beaux trésors ne sont pas forcément cachés ou enfouis dans le sable, ils sont parfois simplement sous tes yeux, il n'appartient qu'à toi de vouloir les contempler ". La contemplation de l'aurore et de la fureur de l'océan en étaient pour Wistala.

Ainsi, ses journées se consacraient à manger, dormir, explorer et s'entrainer. Mais aujourd'hui allait être différent. Wistala avait prévu d'explorer non plus les confins infinis de l'océan, mais ceux de la terre. Ce n'était pas la première fois qu'elle envisageait de découvrir les terres intérieures, mais les paroles de son père à propos des humains la rendait méfiante. Tout ceci, c'était avant qu'elle ne sache prendre forme humaine. Sous cette forme, elle espérait être moins sujette à l'agressivité des humains.

Elle se trouvait donc au bord de la falaise, le vent marin s'engouffrant dans les membranes de ses ailes. La dragonne prit son envol et se dirigea vers une petite chaine de montagne non loin de là, il y avait une importante ville humaine. Elle se décida à se poser dans la forêt porche de la ville, mais suffisamment loin pour ne pas se faire voir. Wistala observait avec attention les lieux autour d'elle, pour s'assurer que personne ne la voie faire son tour de magie, elle préférait garder cette capacité secrète. A quoi bon pouvoir prendre l'apparence d'une autre espèce si tout le monde comprend l'illusion. Après s'être assuré d'être définitivement seule, elle prit donc forme humaine. Une fois la transformation achevé, elle fit un pas en avant mais trébucha. Heureusement, elle réussit à se rattraper avec la main pour ne pas s'effondrer totalement au sol. Sa paume fut légèrement écorché lors du contact brute avec la roche, elle n'arrivait toujours pas à se faire avec la fragilité de l'épiderme humain face à celui de ses écailles. Néanmoins elle commençaient avoir l'habitude de chuter après chaque transformation, il était toujours difficile de passer de quatre patte à deux pattes aussi rapidement, mais elle progressait de jour en jour, espérant pouvoir transiter entre les deux sans chuter.

Après s'être relevé, elle se mit à suivre une rivière qui se déversait dans l'océan sous forme de cascade depuis la falaise. La jeune dragonne préférait rester au plus près possible de son élément, l'eau. De plus, ce cours d'eau avait énormément de chance de la conduire à la fameuse ville. Asunia, si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Pour la visite de la ville, Wistala avait choisis de garder ces habituels vêtements de cuir, un pourpoint par dessus une chemise en toile pour le haut du corps et un simple pantalon de cuir pour le bas. Elle aurait bien choisis de prendre sa robe, mais celle-ci n'était pas pratique pour se mouvoir.

Elle continua à avancer, la ville était proche à présent. Elle ne devrait plus tarder à tomber sur une route qu'elle pourrait donc suivre pour rejoindre la cité. Cependant, Wistala avait l'impression de ne pas être seul au milieu de ces bois.

Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)

MessageSujet: Re: Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre) Ven 3 Mai - 1:23
Un silence parfait planait dans les alentours. A quelques mètres, un daim ne m'avait pas encore repéré et mangeant nonchalamment des plantes. Ma cachette était parfaite, située en hauteur sur une branche d'arbre solide. Plus rien avait de l'importance à mes yeux mis à part cette bête. Mon arc bandé attendait mon signal depuis quelques secondes. Une flèche d'acier était prête à filer comme le vent. La fréquence de ma respiration ralentit. Mon cœur commença à perdre plus lentement. Le monde semblait ralentir autour de moi, comme s'il attendait. Le moment tant attendu arriva. Après une dernière respiration, la flèche fusa à une vitesse phénoménale dans le cou de l'animal. A mon plus grand regret, le mammifère vivait encore et devait endurer une souffrance inimaginable. Ma flèche traversait son cou et s'était cloué dans le tronc d'un arbre. Le daim tentait d'avancer pour briser la flèche et ainsi, fuir son agresseur. Une deuxième flèche visée au centre de la tête et ma cible, après un spasme, perdit la vie.

Je descendis de mon perchoir avec une joie non dissimulée. Le daim avait été ma deuxième proie après une biche. J'avais décidé de chasser une dernière fois avant de quitter Asunia. Le lendemain, la cité appartiendrait, temporairement, à mon passé. Pour l'heure, je refusais de laisser la tristesse envahir mon âme. Avec facilité, je ramassai le cadavre de ma proie pour la déposer sur mon épaule. Les flèches avaient empêché le sang de couler. On pouvait me considérer comme doué avec un arc. Je parvenais à tirer des flèches puissantes mais je manquais en précision. Enfant, j'avais déjà eu la chance de voir des archers compétents et dangereux avec leur arme de prédilection. Cependant, l'arc ne me servait uniquement pour la chasse. Je refusais de m'encombrer d'une arme pareille en plus d'Alexandra, mon hache d'arme. Après avoir récupéré le corps de l'animal, je me rendis à un endroit situé dans la forêt.

C'était une cabane éloignée d'Asunia, qui me servait de repère lorsque je souhaitais chasser pour y déposer des affaires. Mon père m'avait aidé à la construire à l'époque où j'étais un futur chevalier. Elle me rappelait de bons souvenirs. Je me revoyais, assis autour d'un feu, avec mon père qui me racontait des histoires amusantes ou effrayantes, selon ses envies. Un soupir s'échappa de mes lèvres. Mon refuge paraissait vide. Pour ne pas sombrer dans la nostalgie, je décidai de m'équiper de mon arme et de reprendre Alexandra avec moi. Sa présence me rassurait d'une certaine manière. Ma chasse étant terminée, je n'avais plus rien à faire dans la forêt de Vergeau. A un moment où j'observais les cieux avec un air rêveur, un élément apparut comme par magie. Une sorte de créature, volait dans les airs. Était-ce mon imagination ? Je fermai les yeux un instant comme pour me ressaisir. Lorsqu'ils se rouvrirent, l'étrange monstre disparut. Je mis cette apparition sur le compte de la fatigue.

Finalement, je pris la décision de retourner dans la cité. J'avais grand besoin de repos après mon entraînement quotidien et ma partie de chasse. Lors de mon trajet, j'aperçus une silhouette féminine au loin, à environ dix mètres de ma position. Une femme seule dans les bois, près d'un cours d'eau. Il était impossible de voir à quoi elle ressemblait vu qu'elle était de dos. Par contre, je ne ratai pas le loup qui paraissait la guetter furtivement, sur le point de l'attaquer. Mon premier réflexe fut de foncer à sa rescousse. Les cadavres du daim et de la biche m'encombraient. Je dus les jeter sur le sol afin de gagner en vitesse. Malgré mon armure, je souhaitais abattre le prédateur avant qu'il ne commette l'irréparable. La chance ne semblait pas être de mon côté malheureusement. Des ronces s'étaient matérialisées sous mes pieds et me firent trébucher. Le poids de mon équipement m'entraîna vers le sol et je me retrouvai étaler face contre terre, impuissant. N'ayant que cela comme choix, je criai le plus fort possible, en espérant que la jeune femme ait l'idée de fuir.

  • " Attention ! Derrière vous ! " répétai-je plusieurs fois tout en essayant de dégager des pieds des ronces et de me relever, même si les chances de retrouver cette femme en un morceau était peu probable.


Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)

MessageSujet: Re: Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre) Ven 3 Mai - 4:47
[HRP, bon d'habitude j'utilisais la première personne pour mes RPs, j'ai voulu changer un peu en adoptant la 3eme personne. Finalement, je reviens sur la première, j'ai trop l'habitude pour changer XD /HRP]

Je n'étais plus très loin de mon objectif, je réfléchissais donc à ce que je ferais une fois dans la cité. Aurais-je le courage de me mêler à la foule? Au milieu de tous ces humains qui n'hésiteraient pas à m'exécuter s'ils connaissaient ma véritable nature. Ou devrais-je garder mes distances et fréquenter des lieux moins bondés? Tout ces questions étaient veines, car je n'avais aucune idée à quoi ressembler l'intérieur de la ville. Je ne l'avais aperçus qu'une fois, en pleine nuit, alors que je volais à haute altitude pour planifier l'expédition d'aujourd'hui. Je n'avais donc pas eu la chance de détailler l'intérieur de la cité. Ce qui se cachait derrière ces murs serait donc une surprise.

J'avais eu le loisir de me pencher sur ce genre de réflexion durant mon trajet, mais à l'état actuel, je devais me soucier d'une toute autre chose. J'avais l'impression d'être observée, d'être traquée. Malheureusement, quand j'adoptais ma forme humaine, mes sens étaient bien moins affinés que sous ma véritable forme. Surement à cause de l’anatomie humaine. Je me retournais donc rapidement pour voir si on me suivait, mais rien, aucune présence, aucune odeur. Serait-ce mon esprit qui me jouait un mauvais tour. Dans le cas contraire, je portais ma main à l'un de mes genoux, là où se trouvait l'un de mes dagues.

Je poursuivis mon chemin avec prudence, le sentiment de n'être pas seule était toujours présent. Je savais maintenant ce que pouvait ressentir un humain en pleine nature, dépourvu de véritable protection et qui paraissait donc si vulnérable. Je me rappelais alors de la première fois où j'avais découvert la fragilité de leur épiderme, je m'étais entaillée la paume de la main sur une simple pierre. Je m'étais fais de nombreuses entailles et petites éraflures simplement en étant tombée.

Alors que je continuais ma route, j'entendis un bruit sourd, suivit rapidement d'une voix me mettant en garde. Suivant ces instructions, je me retournais pour voir un loup non loin de moi. J'attrapais donc rapidement ma dague tandis que l'énorme loup se jeta sur moi.Me bondissant littéralement dessus, je chuta en arrière sous le poids de l'animal qui n'allait pas tarder à me saisir à la gorge. Heureusement, dans un geste vif et précis, je pus lui enfoncer mon arme dans la carotide. Alors qu'il perdait abondamment son sang, il essayait de m’agripper la gorge. Heureusement, j'avais les coudes croisés pour maintenir à distance de ma gorge la mâchoire claquante de l'animal. J'usais de toute mes forces pour survivre, je n'avais qu'à résister le temps que l’hémorragie ait raison du loup. Le temps qu'il mit à mourir me parut une éternité et quand la vie le quitta, je cessais de me protéger, tout simplement à bout de force. Le corps sans vie de l'animal m’écrasait toujours et je n'avais pas la force de le faire bouger. J'espérais que la voix que j'avais entendu et qui m'avait surement sauvé, allait venir m'aider. Sinon, je n'aurais pas le choix de me transformer pour me sortir de ce pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)

MessageSujet: Re: Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre) Sam 18 Mai - 6:07
[POSTE RESERVE]

Je suis plus qu'en retard. Je m'en excuse Wistala. J'ai eu le droit à des contrôles lors de cette semaine de rentrée et à rédiger plusieurs réponses sur d'autres forums. J'éditerais ce message demain.
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)

MessageSujet: Re: Le monde des bipèdes ( PV Olaf Soufflegivre)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Asunia :: Forêt du Vergeau-