" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Sam 30 Mar - 2:21
    Alors que les premières lueurs du jour touchaient à leur fin, et, que l’astre céleste du jour montait doucement dans le ciel, un corps allongé… Ses cheveux bruns recouvraient son visage par endroits, des petites mèches caressaient ses lèvres, suivant le souffle de l’endormie.
    Enroulé autour de lui-même, couché sur le ventre de la jeune fille, une bête écailleuse semblait monter la garde, elle attendait avec envie que le soleil se montre enfin et recouvre sa peau froide de sa douce chaleur. Ses rayons dessineraient alors un halo doux sur la peau de sa petite maîtresse.
    Un crissement d’ail se fait alors entendre, un « shsssssssss » qui secoue les feuilles, en faisant tomber une sur le nez de la demoiselle et dessinant sur son visage une petite grimace. Le corbeau se posa à côté de Taomi, la regardant la tête penchée sur le côté. Elle tourna sur l’épaule faisant tomber le serpent au sol. L’animal remonta le long du corps de l’endormie pour aller siffler dans son oreille, ce qui eut pour effet de la faire grimacer un peu plus, et, d’un coup de main, de pousser le serpent en la faisant grogner.
    Doucement la petite se réveilla brusquement, accroupie au sol elle porta les deux mains à son ventre, le gargouillis de la faim la taraudait. Se redressant rapidement elle prit son arc et, encore sous l’effet du sommeil tituba jusqu’à un arbre.

    Encore une fois son dos lui faisait mal… Elle sentait que quelque chose clochait sans savoir pourquoi, se demandant si cela n’était pas les vestiges de ses ailes disparus… D’un bon souple et léger elle sauta sur une branche, se déplaçant entre celle-ci pour partir à la recherche d’une proie.
    Taomi n’avait jamais été aussi proche de village que depuis ce jour, elle faisait attention à ne croiser personne par peur des autres, les rapports humains n’étaient pas particulièrement son point fort et, il est vrai qu’elle se méfiait de presque tous les êtres vivants bipèdes qu’elle pouvait croiser. Seuls les elfes ne lui faisaient pas peur, les blonds et de référence archés. Ceux-ci ressemblaient à son ami disparut et, de ce fait elle hésitait beaucoup moins à les approcher, mais à force d’éviter tout le monde elle ne croisait plus personne…

    « Dis Dalé… Tu crois que je devrais aller à la rencontre des gens qui vivent là-haut ? ils ne sont peut-être pas tous méchants et j’aurais à manger… »


    La demoiselle cherchait plus à réfléchir tout haut qu’à communiquer avec son serpent qui ne répondait que par des sifflements. Elle chuchotait, craignant d’être découverte… La langue de la créature caressa la joue, elle sourit, passant sa main furtivement sur la tête de son ami. Le corbeau volait haut dans le ciel, elle se permit alors de hausser la voix. Elle semblait bien plus assurée mais toujours méfiante.

    « Tu vois quelque chose skhaa ? »

    Le corbeau ne volant pas en rond elle comprit qu’il n’y avait rien de bon à manger… Mais cela voulait dire aussi qu’il n’y avait pas de danger à l’horizon ! Elle se résolût donc enfin à aller au village pour se trouver quelque chose à manger. Sans argent cela allait être difficile, elle allait encore devoir chaparder…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Dim 31 Mar - 9:08
  • Seul dans les méandres de mon esprit ...

    Qu'existe-t-il de pire que la solitude ? Absolument rien. Il n'y d'autre plus grand fléau en ce monde peuplé d'êtres égoïstes et dont les valeurs ne dépassent pas la limite que leur cerveau, conditionné à la vie de groupe, leur accorde. Et heureusement, je ne suis jamais seul, mon fidèle compagnon, Maeglin, grand-duc à l'aspect de corbeau, mais sinistrement silencieux et mortel, m'accompagne partout, quelles que soient les conditions. Il m'offre une présence réconfortante et un auditoire, lors de mes instants de solitude.

  • La forêt du Vergeau ...

    Non, je ne m'étais pas embarqué à la poursuite d'un truand ou autre criminel en tout genre, j'étais venu me ressourcer dans un lieu loin de ... l'Endroit. Une des rares forêts qui ne me rappellent pas celle qui bordait ... l'Endroit. Je bondissais de branche en branche, d'un pas leste, chacun de mes atterrissages ne laissant diffuser qu'un léger coup sourd. Je traversais ce bois à grande vitesse et Maeglin me suivait, voire, me distançait de plusieurs pas. Le vent sifflait par les interstices de mon Masque, la chaleur était déjà bien présente, mais sous cette gangue de métal et de cuir, elle était quasi insupportable, mais j'avais l'habitude. Le feuillages était d'un vert éclatant, laissant filtrer les rayons du soleil, il m'offrait une magnifique protection, tout en m'offrant un point de vue sur un sous-bois où les jeux de lumières étaient foule.
    J'avais repéré un cerf à quelques tirs de flèches de ma position et je me dirigeait vers lui, ayant intimé à mon Oiseau de le rabattre vers moi de tous les moyens possibles. La faim m'avait gagné après une journée dans les cimes, et je comptais faire festin ce soir !
    Une fois à bonne distance, mon odeur couverte par le vent, l'animal arrêté, suffisamment détendu pour que les chairs n'aient pas un goût amer, j'invoquai mon carquois, préparai mon arc, encochai une flèche, visai, ayant, au préalable, repéré la direction du vent pour que ma point de sorte pas de sa trajectoire, et je tirai.
    Toute la force emmagasinée par la corde fut lâchée en un seul coup. Le trait fila dans l'air, infaillible. On entendait un faible sifflement, tant sa vitesse était grande. Il vint se ficher dans le coup de l'animal, à l'emplacement exact d'une des artères. Sa mort serait brève, il ne souffrirait pas. Je m'avançai vers lui, mon épée ayant été dégainée. Il s'était affalé au sol, se vidant de son sang, tentant, tant bien que mal, de se relever, mais il n'en avait plus la force. Je lui abrégeai ses souffrances, le décapitant d'une simple pression avec ma lame, au tranchant incomparable.
    Je dépeçai la bête, donnant une part du butin à Maeglin, le foie, sa part préférée. J'avais appris à le connaître, mon petit Oiseau, je connaissais ses goûts, ou du moins, ce que je pensais l'être.
    Je me servis sur le cervidé et j'enterrai le cadavre, recouvrant le sang déversé, de peur que des prédateurs ne veuillent suivra ma trace, ou plutôt, de peur de devoir ôter la vie à un autre animal.
    Je remontai dans les arbres, le poids de la viande prélevée et entassée dans ma sacoche me pesant quelque peu.

    Un son vint perturber ma course, une voix, la voix d'une femme, une jeune femme. Voilà une imprudence que de hausser ainsi la voix en forêt.

    Tu vois quelque chose Skhaa ?


    Skhaa ? Un nom bien étrange pour un Homme. Je m'approchai et pus constater qu'il n'y avait personne d'autre avec la donzelle, je me gardai, évidemment, de trop m'approcher. Lui faire peu aurait été le dernier de mes soucis. Je ne voulais pas être traqué dans un lieu qui me permettait de me ressourcer. Le problème était que Maeglin avait déjà enclenché son piqué vers la demoiselle pour l'attaquer, croyant qu'il s'agissait d'une proie.
    Je dois avouer que ce hibou est parfois une véritable plaie. Il ne pense qu'à s'amuser et me faire plaisir, je ne suis même pas sûr qu'il soit adulte.
    Je dus alors l'arrêter, je pris une voix exagérément grave, pour être certain que l'Oiseau m'écouterai et je dis :

    Maeglin, espèce de cervelle de moineau, tu vas revenir tout de suite ici ou tu peux être convaincu que, plus jamais, je ne t'offrirai de nourriture !


    Il s’arrêta, heureusement pour moi, et se posa, quel crétin ... il pouvait se faire tuer et avait pris mon ordre au pied de la lettre, il avait de la chance que je me sois attaché à loi ou je me serais fait un plaisir de l'empailler ... Je dis ça, je dis ça, je n'en pense rien.
    Il fallait que je me montre à présent, je fis le tour de la jeune fille et me laissai tomber derrière elle, dans un bruissement de feuilles, proclamant :

    Bonjour, à qui ai-je l'honneur ?


    Je ne vaux pas mieux que mon Hibou ... Mais quel idiot je peux faire moi ...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Mar 2 Avr - 10:22
// HRP. Je m'excuse d'avance, je suis passée à la 1ere personne, je n'ai pas fait attention en écrivant le poste, et je me suis rendue compte que je gérais plus mon personnage ainsi, désolée, j'espère que cela ne te dérangera pas//


    Un hibou, un hibou fonçait dans ma direction, depuis quand ses oiseaux attaquaient? Skhaa avait entrepris le chemin inverse au rapace afin de le contrer, mais une voix grave et effrayante le rappela à l'ordre. Je m'approchais un peu de la voix, curieuse... La curiosité avait toujours été un défaut récurent chez moi, je ne pouvais m'empêcher de fourrer mon nez partout où il ne le fallait pas justement... Le hibou semblait être celui de l'ombre en dessous de moi, le voyant bouger je m’empressais de remonter dans mon arbre pour me cacher.

    Bonjour, à qui ai-je l'honneur ?

    Je sentais un nouvelle présence, et pour cause, elle était derrière moi... Vivement je me retournais, effrayée par... par... le nouvel arrivant. Je bondis directement sur la branche supérieure, l'écorce de l'arbre écorcha quelque peu mon pied nu. Quelle sotte... je l'aurais sus j'aurais mis des chaussures... Sans réfléchir un seul instant j’attrapai mon arc et le banda afin de parer tout éventualité d'attaque. Sans réfléchir, il était bel et bien là le problème. Mon arc était parfaitement bien bandé et aurait pu décocher une flèche mortelle, s’il y avait une flèche dessus... Je tenais entre mes doigts une corde vide qui se collait contre ma joue sans que les plumes de corbeau qui parait mes flèches ne dérangent ma vision... L'être en face de moi se trouvait donc en situation de force... Je rangeais mon arme et me laissais tomber assise sur la branche. Mon regard farouche fuyait celui de... La chose? Nous allons l'appeler ainsi tant que je ne l'aurais pas examiné. Donc, mon regard farouche fuyais celui de la chose, je regardais mes pieds dans le vide, sentant la petite goutte rouge perler le long de ma plante avant de tomber sur la branche inferieur.
    J'avais peut être l'air de m'être détendue mais je n'avais absolument pas baissée ma garde. En réalité je me préparais à parer toute éventualité. Les êtres comme lui était imprévisibles, parfois violent... pour cela que je me méfiais d'eux... Je me souvenais, dans les rues de la ville, passer leurs temps à m'envoyer des cailloux pour me chasser... Je levais la tête vers lui, cherchant enfin son regard. Le mien était toujours emplie de cet air effarouché, il en fallait beaucoup pour me rassurer, et lui ne comptais apparemment pas être rassurant. Sauvage ne veut pas dire sotte, alors qu'il ne me prenne pas pour une idiote s’il ne veut pas que je le morde...

    Skhaa se posa sur mon épaule. Ses plumes noires de jais se hérissaient et son bec claquait d'énervement. Il surveillait le hibou avec énervement, ses yeux rougeoyant de haine et de violence. Lent et gracieux, Dalérian leva la tête de sur ma poitrine frottant sa tête contre ma joue puis fixait... la chose... C'est bien le surnom que nous lui avons donné non? Depuis le temps qu'il avait posé sa question, vue de sa voix, j'imaginais que c'était un mâle. Donc, depuis le temps qu'il attendait une réponse de ma part, il devait surement me croire muette. Mais cela était bien le dernier de mes soucis, il pouvait me penser sotte, cela me laisserait un avantage sur lui si il était plein de mauvaise attentions. Cela ne m’étonnerait pas... malheureusement l’être comme lui sont plein de mauvaises attentions. Tout ce qui leur est inconnus est forcément dangereux, donc potentiellement à surveiller et pourquoi pas à tuer. Le problème avec lui, c'est qu'il avait l'air différent justement. Je ne savais si je devais ou non me méfier, je choisis donc cette solution radical qui consistât à toujours être en garde.
    J'ai l'air douce et naïve, hein mon petit archer? J’ai aussi surement l'air effrayer par ta présence, ce qui accessoirement et totalement vrai... Je ne manque pas de courage, mais il est vrai que, comme à cet instant, je réagis comme un animal farouche. Une créature sans défense d'apparence mais qui, une fois face à la mort, peut se montrer redoutable.

    "Je suis Dalérian, c'est ce que dis Dalérian..."

    Non je ne suis pas sotte! Je sais que c'est le serpent qui se nomme Dalérian, et je sais que je suis Taomi. Mais ce très cher reptile aime se présenter, et, comme personne ne le comprend hein, je parle pour lui. Ma voix est calme et posé, sereine. Un filet de voix doux et musicale qui ne lassait encore une fois pas passer ma peur et ma méfiance…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Mar 2 Avr - 21:52
  • A petite Sauvageonne, Sauvageonne et demi ...

    La petit demoiselle eut une vive secousse qui la traversa, je m'étais pourtant adressé à elle de façon courtoise ... toutes ces années à errer seul ne m'avaient pas aidé à me rendre appréciable par les autres dirait-on. Enfin, Maeglin était là et me contentait pour toute compagnie, même si son niveau d'intelligence ne dépasse largement pas celui du porreau ...
    Ceci dit, revenons à mes moutons, la petite femme, que la peur avait traversé comme la lame d'un poignard lors d'une nuit sans lune, s'élança dans un arbre avec une vitesse digne ... de moi. Elle s'était, malheureusement, entaillée la plante des pieds en voulant monter plus haut. Un oubli qui aurait pu lui coûter la vie si elle n'avait pas un appui solide au préalable. Mais elle l'avait, la mignonne. Car, oui, depuis le temps que j'étais seul, elle restait la seule "femme" que j'ai vu depuis bien longtemps, non sans savoir qu'elle était trop jeune pour moi, des traits enfantins parcouraient encore son visage. Et, de manière générale, les Elfes se marient entre eux. Donc, donc, donc, elle s'était réfugiée au creux des branchages et avait apprêté son arc. J'ai pu assister à la situation la plus amusante depuis bien longtemps, j'en riais même, ce qui n'est pas banal. La petite a bandé son arc, prit un air farouche, son nez s'est retroussé, un peu comme un chat, fière et rebelle, elle m'observait en me menaçant de sa flèche ... qu'elle avait oublié d'encocher !
    Son visage s'est décomposé, laissant place à une mine déconfite. Moi-même, plus vite que la pauvre hère, j'encochai une flèche, visant son cœur. Si elle avait ne serait-ce qu'une autre arme, je ne voulais pas y goûter. La vie a une fin, certes, mais la mienne n'est pas pour tout de suite, du moins je l'espère. La petite dame s'est simplement assise sur sa branche, évitant mon regard. Elle avait du cran et du caractère cette petite, elle me plaisait bien.
    Deux animaux vinrent à elle, un grand corbeau, plus grand que Maeglin qui était "sensé" être un grand-duc en fin de croissance, d'après ce qu'il m'avait dit.

    Je m'arrête quelques instant dans mon récit pour toutes ces petites frimousses joyeuses de lire les aventures palpitantes de moi-même et qui se sont ternies à la lecture des deux dernières lignes.
    Oui, j'ai un "moyen" de communication avec Maeglin. Disons que c'est une autre forme de langage que nous avons développé à force de ... je ne vais pas faire toute une histoire d'amitié qui nous a permis de communiquer, non, Maeglin est stupide. J'ai juste "emprunté" une pierre de télépathie à un Mage peu regardant à ses objets, c'est tout. La pierre marche aussi par la parole. C'est même la meilleure façon de faire comprendre quelque chose à ce con de piaf.


    L'autre était un énorme serpent et je n'exagère pas mes propos, il était vraiment imposant. J'eus même peur qu'il ne s'attaque à la petite, mais il se contenta de s'enrouler autour d'elle. Un sifflement, long et grave, retentit dans la petite clairière où nous nous trouvions tous, en belle bande hétéroclite.
    La gamine ouvrit la bouche et dit :

    Je suis Dalérian, c'est ce que dis Dalérian ...


    Dalérian ... Alors Skhaa devait être le corbeau, aucun autre humanoïde ne s'étant présenté, ni même montré.
    Je connaissais le nom de ses bestiaux, je suppose qu'elle avait entendu le nom du mien, mais nous ne savions encore rien l'un de l'autre, étrange situation ... J'ai connu pire. Elle restait sur la défensive, tout ses muscles étaient contractés, prête à attaquer, ou à fuir si besoin est.
    La situation était ... tendue. Moi, mon arc bandé et dirigé sur elle, elle et ses deux animaux qui me regardaient comme si j'allais constituer leur pitance et ce débile de Maeglin qui poussait de petits cris au milieu du sous-bois. Je rangeai mon arc et dis :

    Bon, on ne va pas passer la journée à se regarder en chien de faïence !
    Je me présente, Aegan, je suis un Elfe spécialisé dans le maniement des armes à distance et je suis ... chasseur de prime à mes heures perdues.
    Je ne suis ici que dans le but de passer une journée au calme et j'aimerais particulièrement pouvoir manger. Si vous voulez partager mon repas, avec plaisir, mais dites à Skhaa d'arrêter de me regarder comme ça.


    Ma voix avait quelque peu tremblé sur les derniers mots ... je passais pour quoi dans cette histoire moi ?
    Et cet imbécile d'Hibou qui n'arrêtait pas de hululer, m'appelant pour que je le nourrisse.
    *La ferme Maeglin !*
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Sam 6 Avr - 3:11
    Son arc était lui aussi bandé, et bien plus rapidement que moi. J’avais le choix, fuir ou me montrer gentille et courtoise, mais, comment se montrer ainsi dans de telles conditions hein ? Sa flèche visait mon cœur, il n’avait qu’à lâcher la corde et je mourrais, sans même savoir qui j’étais. Fuir n’était certainement pas une bonne idée, il était visiblement meilleur tireur que moi… Peut-être qu’une fois face à la mort je retrouverais mon passé, l’on dit que, lorsque l’on est sur le point de mourir nous voyons notre vie défiler devant nos yeux… Je n’avais pas envie de vérifier cette théorie… Skhaa était toujours à le regarder comme s’il était son futur petit déjeuné, le corbeau était particulièrement protecteur envers moi, pouvant parfois risquer sa vie pour la mienne… Je me demandais comment était-ce possible qu’il soit à ce point protecteur… les autres oiseaux préféraient de loin la liberté la plus totale.
    Dalérian lui, avait pris en chasse le hibou, immobile il ne s’arrêtait de le fixer… peut être les cris de l’animal l’ennuyait au point qu’il désirait le faire taire à jamais. Hibou ridiculement petit d’ailleurs… J’étouffais un rire moqueur en le regardant, Alors c’était ça, qui avait tenté de mettre fin à mes jours ? Un oiseau de proie que je trouvais presque mignon, il avait l’air aussi dangereux qu’une souris écrasée sous une botte… En parlant de bottes… J’attrapais mon pied pour regarder ce qu’il en était… Rien de particulièrement grave, juste une petite plaie pas profonde du tout.

    La voix de l’elfe me sortit à nouveau de mes pensées. Je coulais mon regard sur lui, faisant preuve de bien plus de curiosité que d’autres choses. Mes muscles se détendaient petit à petit, à quoi bon continuer de se méfier ? La peur n’évite pas le danger…C’est ce que dis toujours Skhaa… Je n’avais vraiment entendu que quelques mots sortir de sa bouche : « Aegan » « Elfe » « chasseur de prime » « manger » et « partager mon repas » Il avait aussi parlé de Skhaa, je crois que mon corbeau lui faisait un peu peur à en juger par les intonations de sa voix… Cherchant à le regarder dans les yeux, la peur m’ayant quittée je me rendis compte d’une chose… Il était tout à fait normal que je ne vois pas son visage puisqu’il n’en avait pas… La face de l’elfe était cachée par un masque effrayant. Pour qu’il soit « rassuré » Je posais doucement la main sur le sommet de la tête de Skhaa, cachant ses yeux de la paume de ma main et en profitant pour caresser ses douces plumes. L’animal secoua vivement la tête et se percha sur une branche plus haute.

    Je n’avais toujours rien dit, m’approchant de l’elfe accompagnée de mon serpent je cherchai à savoir ce qu’il en était de cet être ô combien étrange… Avec la partie plumeuse d’une de mes flèches j’appuyais sur son masque doucement, vraiment très étrange cette chose… Sur une branche juste au-dessus de lui je me penchais en avant, volait une de ses flèches pour l’inspecter… Dalérian avait en tête d’attaquer le hibou. Il se redressa avant de foncer droit sur le pauvre oiseau, stoppé dans son attaque par mes mains, je le tirais vers moi en grognant.

    « Touche pas à ça ! »


    Dalérian avait faim, cela se voyait… Shkaa et moi étions dans le même cas de figure que lui, d’ailleurs un grognement sourd au niveau de mon estomac me le rappela… Je posais mes deux mains sur mon ventre l’air gênée, je n’allais pas lui demander à manger alors que j’étais restée muette tout ce temps…

    « Je suis Taomi… pour le reste, je ne sais pas ce que je suis… et je suis ici comme vous en quête de nourriture »

    A ces derniers mots je me laissais tomber au sol, mes deux pieds se posaient contre la terre sans bruits. J’amortissais ma chute par des mouvements amples et souples. Je m’étirais et regardait mon interlocuteur d’en bas. Lui offrant un sourire des plus angéliques, quand j’ai faim j’ai faim…

    « on vas manger monsieur Aegan ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Ven 12 Avr - 4:59
  • Pause déjeuné et plus si affinité ...

    La petite m'avait enlevé une de mes nombreuses flèches conjurées de mon carquois, me soutirant à une once d'énergie, rien de bien méchant. Elle venait à l'instant de tâtonner mon masque à l'aide d'une de ses flèches, curieuse la gamine, il faut avouer que je ne suis pas banal non plus.
    Le corbeau de la demoiselle semblait avoir en tête que Maeglin serait son prochain repas, si je ne m'étais pas un peu attaché à ce débile, je le lui aurai donné sans concession. Une vraie plaie cet oiseau.
    Toute intriguée qu'elle était, elle se présenta sobrement, disant qu'elle ne savait rien d'autre que son nom, une petite orpheline sauvage ...
    Super ...
    Elle descendit de son perchoir, aussi souple qu'un chat, et m'adressa un sourire un peu forcé, me demandant si nous pouvions enfin nous restaurer. On peut dire qu'elle ne manquait vraiment pas de cran ! Si elle savait le nombre d'occasion qu'elle m'avait laissé pour mettre fin à ses jours, je suis sûr qu'elle resterait un peu plus sur ses gardes avec de nouveaux étrangers. Si ce n'est son culot démesuré, elle n'avait aucune raison pour que je l'empêche d'avoir la nourriture que je lui avais promise. Je lui dis donc :

    Ma petite dame, j'espère que vous courrez aussi vite que vous ne grimpez dans les arbres, il va y avoir du sport ! Suivez-moi, nous allons nous rendre dans un endroit plus ... confortable ? ... Pour nous restaurer

    L'instant après avoir terminé ma phrase, je bondis sur la première branche à ma portée, regardai un bref instant la position du soleil pour m'orienter, et je m'élançai vers là où j'avais installé mon bivouaque. Je ne m'inquiétais pas pour la petite, je sentais constamment une présence derrière moi et il ne s'agissait pas de mon Grand-Duc, qui devait certainement déjà être arrivé à destination. Aucun incident ne survint, je pus même profiter de la "balade", une fois de plus, me sentant en totale liberté et délivré de tous les sentiments qui brouillent les pensées. Je me disais que je pourrais aider cette gamine à s'en sortir un peu mieux en lui apprenant quelques ficelles du métier et aussi lui donner un peu d'argent, bien que je doute qu'elle ne se rende en ville un jour, mais qui sait ?! J'observai le ciel et la terre, contemplant les nuages et les animaux, voyant défiler les petits ruisseaux sous moi. Instant mémorable, je versai même une larme.
    Mais pas grâce à ce paysage idyllique, plutôt en pensant à ce que les Hommes en feraient une fois qu'ils n'auraient plus de place.
    Je ralentis ma course, je m'approchai de mon camp de fortune, mais je ne voyais plus la gosse. C'était inquiétant, inquiétant que j'aie remarqué sa disparition surtout, que j'aie eu se pressentiment. Mais sans crier gare, la présence revint et je sus que je pouvais reprendre ma route. Il me restait une bonne lieue pour atteindre mon but et je comptais arriver avant la tombée de la nuit, qui n'était pas si loin que ça.
    Sous le feuillage, je vis enfin la tente que j'avais planté en début de journée, cette nuit, je dormirais à la belle étoile, autant offrir à la demoiselle quelque chose de confortable pour un soir et c'eut été déplacé de ma part de lui imposer de dormir avec moi ...
    Je descendis de ma branche, atterrissant sans un bruit au sol, quelque chose clochait, la forêt n'émettait plus un seul son ... Quelque chose se tramait dans les alentours, ce soir, je n'oublierai pas non plus de poser mes pièges autour du campement, si on pouvait appeler une simple tente et un hypothétique futur feu comme cela.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Lun 15 Avr - 22:16
    J’eu confirmation, cet elfe allait me donner de quoi manger. Je pouvais bien chasser, certes, j’étais très bonne dans ce domaine, mais bon, on ne refuse jamais de l’aide. Bien que cet elfe-là soit très spécial… De par son masque rien que cela me poussait à tout de même rester méfiante envers lui. Au final, même si cela ne se voyait pas, je ne baissais jamais totalement ma garde. Le moindre mouvement trop rapide, la moindre vibration de l’air trop inquiétante et cette fois je n’oubliais pas ma flèche. Elle irait se loger sans douceur entre ses deux yeux. Je me demandais si la chose qu’il portait sur le visage allait l’aider à survivre. Sans crier garde il se mit à partir à toutes vitesses, comme si il était pressé d’aller quelque part ou poursuivit pas quoi que ce soit. En attendant, ce n’étais pas trop dur de le suivre. Je sautais comme lui de branches en branches, son odeur était partout, le suivant le long de son chemin, quand à son oiseau, je me demandais où il pouvait bien se trouver…
    L’air autour de moi glissait sur tout mon corps, et tirait mes cheveux en arrière, une chevelure aussi épaisse que la mienne pourrait être un vrai calvaire si on n’y était pas habitués… Ce petit jeu m’amusait ! Il consistait à courir très vite jusqu’à un point qui accessoirement ne m’étais pas donné… Je ne pouvais que le suivre, aussi vite que je le pouvais. Il était rapide. Skhaa avait disparu… Il était très certainement partit avec l’oiseau de l’elfe dans le but de le traumatiser… pauvre petite chose ! Au final ma pensée me fit sourire, j’espérais quand même qu’il n’allait pas lui faire de mal. Ce n’étaient pas dans la nature de Skhaa de faire du mal à d’autres oiseaux sans ma permission, et théoriquement, il n’avait pas ma permission. Le serpent lui restait accroché autour de mon cou, pour lui, les trajets rapides n’étaient pas trop difficiles car il les passait autour de mon cou. Oui, un serpent ça ne saute pas de branches en branches… Ça ne vole pas non plus, alors, il se faisait transporter.

    Je pouvais le sentir à des kilomètre cet elfe, malgré les pommes autour de moi. Des pommes ? Je levais la tête. Les fruits doux et sucrés me tendaient les bras juste au-dessus de moi, je m’accordais une minute de pose le temps d’en attraper une, elle sentait. J’en rangeais quelque unes dans mon carquois et repartis à la poursuite de l’elfe. Il avait déjà bien avancé vus sa vitesse mais j’arrivais aisément à le rattraper. Peut-être avait-il ralentis, qui sait ? Je n’avais pas remarqué ce silence… Je me laissais tomber telle une ombre à côté de l’elfe, reniflant l’air autour de moi… Tout était si calme. Mon serpent avait lui aussi levé la tête, quant au corbeau il s’était perché sur ma tête. Je reculais de deux pas, silencieuse, furtive, comme si j’étais en chasse. Cette fois, l’on remarquait que j’étais sur mes gardes, tous mes muscles étaient prêts à se contracter pour bondir sur mon arc et attaquer, quand à mes yeux, ils étaient ceux des chasseurs, cherchant le moindre mouvement suspect. Je me détendis un peu, mais restait toujours au aguet. Ce qui me rassura le plus était que Skhaa n’avait pas fait de mal au hibou. Je caressais la tête du corbeau du bout des doigts, glissant sur ses plumes soyeuses et noires.

    Je me tournais ver l’elfe, cette fois, il était debout et au sol, j’alliai donc pouvoir mieux voir ce que j’avais en face de moi, un homme masqué… Une question me brulais les lèvres… mais allais-je la poser ? Pourquoi pas ? Après tout si monsieur ne voulait pas de curiosité la dessus il avait qu’à avancer à visage découvert est-ce que je suis masquée moi ? Oui… ok j’ai un masque de sang autour des yeux, mais c’est simplement pour couvrir mon odeur, j’en ai aussi sur les bras les jambes et les hanches. Il est plus simple de traquer un animal lorsqu’on a la même odeur que lui. Il n’y avait pas de signe de civilisation autour de… l’endroit où l’elfe dormait. Je me perchais sur la plus haute branche d’un arbre pour le vérifier, et, effectivement, il était seul. Je ne me détendis pas pour autant, c’était un avantage comme un désavantage pour moi… Si cet homme voulait me tuer, j’étais presque à ça merci… sauf que, pour me tuer, il faut m’attraper ! Et ça ! C’est difficile. Je me laissais tomber derrière lui, assez discrètement pour qu’aucune bête sauvage ne m’entende, mais cependant assez bruyamment pour ne pas le surprendre. Je n’avais pas envie de recevoir une flèche en plein cœur vous comprenez ? M’avançant à côté de lui je balayais sont masque du regard.

    « Dites monsieur Aegan, pourquoi est-vous masqué ? »

    Je me méfiais de la réaction, comme je me méfiais de tout en fait… Et j’attendais sagement sa réponse, en espérant qu’il y en ai une.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Mer 17 Avr - 3:57
  • La paranoïa est un art, non une maladie ...

    La gamine venait de se poser à côté de moi que je sentis un léger bruissement dans mon cou, un moustique, je l'écrasai allègrement et frottai mes gants. Il faisait relativement doux et un petit vent venait rafraîchir l'atmosphère. Sans cela le soleil m'aurait vite obligé à me séparer d'une grande partie de mon attirail, mais la question n'était pas là, l'astre lumineux déclinait sensiblement et il fallait se quérir de préparer ce gibier.
    Mais la petite n'était pas en reste et me demanda, sans once de pudeur :

    Dites monsieur Aegan, pourquoi est-vous masquez ?


    A la simple entente de la faute monstrueuse, je grinçai des dents, à celle de la question, je me contractai, comme un chat faisant gros dos à un adversaire. Je n'attendais que trop cette question pour qu'on ne me la pose. D'une part je ne pouvais pas reprocher son insolence à la petite, d'une autre j'avais l'envie de l'écorcher vive et de la laisser succomber à ses blessures, mais ce n'eut pas été en rapport avec mon dogme. Seul le crime doit être puni et la curiosité ne fait pas partie des actions répréhensibles.
    Il fallait que je choisisse les mots juste pour éviter qu'elle ne parte en courant prévenir tout le monde en apprenant que j'avais égorgé une Humaine d'à peu près son âge, physique si tant est que je ne connaissais pas vraiment le sien.
    Avec délicatesse, je retirai mon masque et le laissai tomber au sol, dévoilant mes cicatrices. C'était une première chose à faire, qu'elle comprenne que ce n'était qu'un moyen de cacher ces hideuses balafres, après viendrait l'étape de l'explication du comment cela m'était arrivé. Ainsi, tout en sortant des morceaux de chair de mon havresac, je dis :

    Mam’zelle, vous devriez savoir qu'il y a certaines choses qui ne se demandent pas, mais comme je suis dans un bon jour, je vais vous faire la concession de vous expliquer comment j'ai réussi à me faire taillader le visage à ce point.


    Je m'approchai du feu et l'allumai, décidément, les incantations chamaniques était fort utiles, tout en plaçant du bois sec dessus, je continuai :

    Sachez avant tout que, comme déjà dit, je suis chasseur de prime, je me charge "d'arrêter" les brigands contre une somme, bien que je préfère les voir croupir au fond d'une fosse commune.

    Je m'arrêtai, affichant un petit sourire sarcastique. Il est vrai que j'affectionnais particulièrement les truands une fois qu'ils étaient passé au-delà de la vie, avant ils m'horripilent.

    Sachez aussi que c'est un malencontreux concours de circonstances qui a donné le résultat final. Voici toute l'histoire ...


    [...] Je lui avais parlé de tout, le désert, les marchands d'esclaves, le griffon de l'arène de Hagor et mon évasion quelque peu sanglante. J'avais même parlé de ce que j'avais fait à cette enfant. Et tout cela sans le moindre remord, ma voix était restée monocorde, je n'avais pas cillé. Et tout cela pendant que je préparais notre pitance, il me restait à voir si elle allait s'enfuir en hurlant comme une dératée ou bien si elle allait rester. Dans le premier cas, elle avait peu de chance de survivre, à moins qu'elle ne sache survivre à une traque sans pitié, dans le second, elle pouvait s'estimer heureuse si je ne lui arrachait pas la langue et que je ne la faisait pas manger par son serpent.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Lun 22 Avr - 3:23
    Mauvaise question, très mauvaise question. Taomi, la prochaine fois tu te tais… Je regardais l’elfe avec une pointe de peur. Mes mains étaient instinctivement posées sur mon arc et mes flèches, je reculais toujours, peur, il me faisait vraiment peur cet elfe. C’est quand il retira son masque que je compris… avec un tel visage j’aurais fait la même chose je pense…Mais était-ce pour cacher ces cicatrices aux autres qu’il faisait cela ou pour ce les cacher à lui ? Il était de bonne humeur donc… Je me rapprochais du feu pour écouter son histoire, elle parlait de sang, de mort, d’esclaves et j’en passe… Mais face à cela je restais impassible, que pensait il en me racontant cela ? Aegan… Elfe aux cicatrices bien plus profondes qu’elles n’en n’ont l’air et certainement pas simplement dessinées sur ton visage. Je ne croyais plus depuis longtemps en la bonté des êtres doté de pensées. Ils étaient tous cupide et sot, ou assoiffés de sang. Ces derniers mots me poussèrent à rire nerveusement puis totalement.

    « Simplement les arrêter… ne me prenez pas pour plus idiote que je ne le suis… je doute que grand monde reste en vie longtemps face à vous… »


    Je soupirais, un bien piètre conteur, il se fichait de son histoire alors pourquoi la cacher. Me levant je pris place sur une branche un peu plus loin. Largement à l’aise dessus je m’y posais sur le ventre laissant un de mes bras tomber dans le vide.

    « Vous ne m’en voudrez pas, mais je n’ai pas envie de finir comme cette demoiselle… alors je me tune distance de sécurité entre nous… »

    J’avais joué les petites filles toute naïves jusqu’à présent, mais face à lui, ce n’était vraiment pas une bonne idée… A défaut d’être bien c’était marrant. Je regardais encore un instant son visage puis soupira, sautant de ma branche je m’approchais de lui et de son masque, le ramassa et approcha mon regard de sa peau balafrée, un rictus se dessina sur mes lèvres alors que je posais le masque sur son visage.

    « mouai, avec un peu plus de suspense ça aurait été une belle histoire. Moi j’ai tué un ourse et ça me suffit largement »

    Je tendais le bras et Skhaa vint d’y poser, doucement je caressais la tête de l’animal du bout des doigts le regardant avec douceur et presque tendresse. Une lueur qui n’existait pas dans mes yeux lorsqu’il se posait sur n’importe quel autre être, je pouvais être méchante, sauvage, farouche, froide comme je me comportais maintenant avec cet elfe, mais jamais personne n’aurait un regard doux de ma part. Une chose impossible que je ne comptais pas changer. Ricanant je regardais à nouveau l’elfe qui n’avais rien de l’idée que je m’étais faite des elfes.

    « Mais dites-moi, vous semblez n’en avoir rien à faire d’avoir ôté toute ses vies, mais pourtant, vous prenez plaisir à tuer ceux qui ôtent la vie des autres… sans le moindre scrupule, au final, vous êtes comme eux non ? »

    Je penchais la tête sur le côté, ma question avait l’air ingénu comme cela, mais j’avais parfaitement conscience qu’il pourrait me tuer pour avoir osé y penser… Le bout de mes doigts caressait les plumes de mes flèches, cette fois je ne l’oublierais pas et cela se voyait. A nouveau tout mon corps se tendais, mes muscles se dessinais, je me tenais prête à riposter à sa moindre attaque, le moindre mouvement même, il suffisait qu’une seul seconde je le vois vouloir tirer et ma flèche serais plantée entre ses deux yeux…
    Je détruirais mas curiosité à petit feu un fois que celle-ci sera rassasiée, je regrettais déjà la question que j’avais posé…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Lun 22 Avr - 4:56
  • Élucubrations d'une jeune sotte ...

    Cette espèce de petite sauvageonne venait de me porter un coup plus dur que n'importe quel arme ou flèche, elle s'était moquée de mon Histoire, de mes souffrances, mais elle ne savait pas tout. Une partie plus sombre de ma vie était cachée, le sort de mes parents, les Maîtres de Mistral ... Tout cela elle n'en savait rien et elle osait se moquer de moi ? Décidément, les gens étaient de plus en plus pourri, surtout que celle-ci ne semblait pas connaître la civilisation. Il semblerait que la moquerie est un gène devenu omniprésent en ce monde.
    Mais ce n'était pas tout, elle n'avait pas encore donné le coup final. Oh non ! Il lui restait un tour dans son sac à cette gamine. Le coup ultime, elle voulait me faire craquer, elle me défiait avec toute l'arrogance dont elle pouvait être capable, j'aurais mieux fait de l'achever tant que j'en avais l'occasion, moi et mes accès de gentillesse.

    Mais dites-moi, vous semblez n’en avoir rien à faire d’avoir ôté toute ses vies, mais pourtant, vous prenez plaisir à tuer ceux qui ôtent la vie des autres… sans le moindre scrupule, au final, vous êtes comme eux non ?


    Fini, fini, tout est fini. J'avais craqué psychologiquement. Cette impertinente se trouvait à farfouiller dans mes flèches et me posait sans la moindre impunité cette question ? J'avais refusé de la tuer, je lui avais proposé un repas, un logement, de la compagnie, bien que je ne sois que peu loquace, et elle osait me traiter de la sorte ? Elle ne valait pas plus qu'un autre être vivant en fin de compte, je m'étais trompé.
    Et c'est là où je sortis de mes gonds, hurlant comme je n'avais hurlé, mes yeux, d'habitude à la couleur versatile, se sont figé sur du rouge sang. Il faudrait plus que quelques excuses mal senties pour contenir ma haine. Je jetai tout ce que je tenais, dégainant mon épée et la pointant sur la gorge. Dans mon mouvement, je ramassai mon Masque et le fixai à nouveau sur mon visage, sentant la multitude de petites griffes pénétrer ma peau. Mes armes étaient prêtes, je pouvais l'achever d'une dizaine de façon différentes, mais je préférai extérioriser ma colère, criant au visage de la gamine :

    Alors Mam'zelle, on se croit tout permis ? As-tu la moindre idée de ce que j'ai traversé ? Tu connais mon enfance ? Même si tu ne semble pas être la plus chanceuse de toutes les filles, sache que même toi tu n'aurais pas voulu savoir ce qu'on m'a fait et ce qui est arrivé à ma famille !
    Personne ne peut comprendre ce qui ... ce qui se passe dans ma tête. Je tue pour l'honneur et pour la vengeance et non pas au jugé. Tous ceux que j'exécute n'ont jamais commis que des délits extrêmement graves, je ne me suis jamais que contenté de faire peur aux petits délinquants.
    Ce sont des gens comme toi qui me poussent à continuer, qui ignorent les vraies raisons de mes actes, qui se croient meilleurs, plus rapides, plus forts. Mais je me suis entraîné et je sais que ces gens ne font que se bonimenter eux-même. Je te surclasse largement en quelque domaine que ce soit. Je t'accorde peut-être la survie en milieu hostile, c'est une chance que tu vive. Mais je m'assurerai que tu comprenne bien que seul une motivation peut pousser à mon métier, tant que ce ne sera pas rentré dans ta tête, Chérie, tu peux dire adieu à ton serpent et ton corbeau. Je risque fort de t'envoyer rejoindre les autres.


    Je repris mon souffle. Je ne m'étais pas arrêté de hurler et je sentais que je devais me rattraper si je ne voulais pas me retrouver à suffoquer. Meaglin s'était posé sur une haute branche et hululait comme un dément. Cette pierre de télépathie dépassait mes espérances, il semblait être dans la même transe que moi. Il semblait plus gros que d'habitude, il devait aussi écumer de rage comme moi.
    Je devais lui offrir une leçon d'humilité, peut-être accepterais-je alors de la gracier ... Ou pas ...

    Je reculai de quelques pas, prenant du recul pour mieux attaquer. Elle était tendu, prête à riposter ou s'enfuir, au choix. Il y avait aussi les deux bestioles qui l'accompagnaient, à vrai dire elles ne m'avaient rien fait mais elles seraient considérées comme des dégâts collatéraux. Tant qu'on y était, autant s'amuser un maximum.

    Que choisir ? Des poignards ? Des coutelas ? Les crochets tranquillisant à la semelles de mes bottes ? Pourquoi pas ...
    Je m'élançai tout vitesse sur elle, me lançant dans les airs, tourbillonnant sur moi-même. Aussi vite que la rotation me le permettait, j'attrapai mes poignards et les lançai sur la petite dame. J'entendis le sifflement de l'air sur leur passage. Un léger bruit, comme un couteau tranchant une corde, me fit savoir qu'au moins un avait atteint sa cible. Elle se déplacer vite pour n'en avoir reçu qu'un seul, j'aurais tout le temps de la féliciter quand elle verrait les portes des royaume la Mort devant ses yeux. Je me rattrapai sur mes deux pieds, à proximité d'elle, fit tourner ma lame et reculai. Elle bougeait vite la petite, mais pas assez pour moi. D'un geste sec, je dégainai deux minuscules arbalètes et tirai. Double sifflement. Double bruit. J'avais fait mouche.

    Il ne me restait plus qu'à lui faire un peu peur, si ce n'était pas déjà fait. Je jetai un fumigène au sol, le laissant répandre une véritable mur de brouillard derrière lequel je me cachai. Je sortis en vitesse de la bulle de fumée qu'avait formé l'objet mais elle y était toujours. L'occasion rêvée pour lui tirer dessus. Je pris mon arc et le bandai, encochant flèches après flèches, en espérant qu'elles touchent leur but. Je ne pouvais pas incanter éternellement. La magie a un prix ...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Dim 28 Avr - 2:18
    Mauvaise idée… c’était une mauvaise idée et je le savais avant même d’avoir posé cette question qui me brulait les lèvres… Cette fois je me perchais à nouveau dans un arbre mais je comptais bien y rester… Il hurlait… s’égosillait comme un sanglier que l’on égorge et me faisait vraiment peur cette fois. Je le regardais du haut de ma branche hurler des mots que je pouvais à peine comprendre tant ils étaient forts ! De quoi parlait-il ? De souffrance, de douleur… parce qu’il croit que c’est facile de ne rien savoir de son passé ? Parce qu’il croit qu’être l’ombre de soit même c’est facile ? Je me fais lapidé à coup de pierre si je vais dans une ville… pourtant je suis parfois obligée d’y aller pour trouver un peu de nourriture quand celle-ci se fait rare, il croit que c’est facile ? C’était moi la sotte ? Cette fois s’en était trop ! Si lui était énervée moi aussi il avait retranché la bête sauvage dans un petit coin et l’avait bloquée, j’allais moi aussi devoir attaquer…

    Autour de mon cou Dalerian suivant la scène. Je le sentais inquiet, cherchait-il à me calmer ? Non il ne tenterait pas de m’arrêter. Je n’eau pas vraiment le temps de réagir qu’il m’attaquait à coup de lame qu’il lançait. Soit je m’en prenais une soit j’en esquivais simplement une. Je pris le choix numéro un, la lame vint frotter contre ma joue m’arrachant une grimace de douleur immense. Mes yeux s’emplirent de rage, me faire peur devenait presque impossible… Je grognais dans sa direction. Cette fois ce fut une pluie de toutes petites flèches qui s’abattaient sur moi, l’une d’entre elle se logea dans mon épaule en m’arrachant un cri de douleur. Dalerian alerté par les cris fonça droit sur l’elfe pour le mordre mais il n’en fit pour l’instant rien, il se cacha dans les herbes à attendre le bon moment. Moi je bandais mon arc mais mes flèches étaient bien plus faibles du fait de mon épaule blessée. Je tirais quelque flèches, au son l’une avait percuté quelque chose, quoi ? Je ne le savais pas, mais elle avait percuté quelque chose.

    Une épaisse fumée m’entoura, je toussais puis retint ma respiration pour en sortir, ses flèches volaient dans tous les sens, et moi je t’entais de les esquiver avec difficulté… L’une d’entre elle effleura ma cuisse en déchirant ma peau Je me retenais à nouveau de hurler. C’est ce moment que choisit mon serpent pour le mordre, il planta ses crocs dans sa chair pour y injecter un venin mortel, sauf, s’il buvait le remède que JE possédais… et pour ça il devrait se calmer. Déjà que le venin devait certainement commencer à faire effet. J’attendais que la fumée se dissipe perchée en haut d’un arbre, quand celle-ci me permit de voir l’elfe il put remarquer que j’étais couverte de sang et que j’avais l’air bien plus mauvaise et en colère que apeurée. Une de mes flèches était en joue et mon arc était bandé. Cette fois je n’avais rien oublié, pas même de feuler avec haine. Je tremblais cependant sous la douleur et vacillait.

    « TU oses dire que JE suis impertinente… »

    Ma voix restait calme et posée bien que j’appuyais sur certains mots…

    « Laisse-moi te dire qu’une vie où tu ne connais rien de ton passé n’est pas beaucoup mieux ! »

    Cette fois je criais moi aussi, la rage se lisait dans mes yeux, lui devait sentir le venin agir mais j’avais encore de très longues minutes à le laisser souffrir avant de le sauver de la mort.

    «Tu as peut être eu un passé très douloureux mais toujours-est-il qu’on a l’impression que pour toi il ne vaut rien, que tu t’en fiche pourtant l’idée que quelqu’un ne pleure pas dessus te met hors de toi ! Moi je ne me souviens de rien, et cette vie en milieux hostile est bien plus simple que de vivre en ville je peux te l’assurer ! En ville c’est à coup de pierre que l’on m’accueil, en ville je me fais battre, en ville on m’insulte, tous ces être vivant dans ces villes me dégoutes incapable d’aider quelqu’un ils préfèrent le tuer, alors plutôt que de t’en prendre à moi qui passe mon temps à survivre plus qu’à vivre essais d’aller vois là-bas comment ça se passe ! »

    Je m’approchais de lui, lui montrant la fiole que j’avais autour du cou avant de la faire disparaître dans mon haut Après avoir hurler sur lui comme il avait hurler sur moi je pris une voix plus calme, posée et détendue.

    « mon serpent t’as mordu, il te reste plus longtemps sauf si tu prends mon remède, mais pour ça, il faut pas me tuer car seul moi sais comment le prendre… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Jeu 2 Mai - 5:39
  • Les affres de la mort ...

    Tout semblait se dérouler à merveille, il est vrai, mais tout bon stratège se doit d'envisager n'importe quel scénario et je n'avais pas pensé à celui-là. Certes la fumée était dense, certes la gamine ne pourrait pas m'approcher sans être sérieusement blessée, mais son reptile ... C'était une autre paire de manches. Tout confiant comme j'étais, je ne surveillais plus rien autour de moi, c'est cet instant que la sale bestiole a décidé d'attaquer. D'abord un léger frémissement, comme des brindilles sur lesquelles on marche. Ensuite, un long sifflement caverneux. Et pour finir, une forme, que dis-je, un éclair attaqua et agrippa sa mâchoire sur ma avant-bras. J'aurais bien espéré qu'il ne morde que mes protections en cuir, mais un des crochets se faufila à travers le tissu de mon long manteau vert et vint se loger entre une veine et un os.
    Terrible souffrance ... Terrible ... Souffrance ...

    Ce n'était pas tant le venin que le croc qui me fit souffrir, surtout qu'au premier il fallut quelques temps avant qu'il n'atteigne mes organes. Je fus comme paralysé, je n'entendais, ni ne voyait plus rien. A part un léger crépitement et quelques mots de temps à autre. La demoiselle devait à son tout verser tout son venin sur moi, littéralement. Je reviens peu à peu à moi, la douleur partant de mon bras étant fulgurante. Mais elle n'avait pas besoin de savoir quoi que ce soit sur mes états d'âme, surtout qu'elle était en position de force à présent ...

    Elle s'approcha de moi, je pouvais pivoter ma tête ou fermer la main mais quel que soit un autre mouvement, j'aurais hurlé de douleur si je l'avais exécuté. La donzelle me déclara sans grandes poses ou sentiment visible de joie, dû à sa victoire sur cette petite lutte. Je ne risquais absolument pas de mourir, ma constitution d'Elfe me permettrait de surpasser le poison, mais je risquerai très certainement de voir mon bras se nécroser avec le temps. C'eut été tragique pour quelqu'un comme moi de perdre l'utilisation du bras qui lui servait à se battre. Il faudrait donc faire des concessions je supposais. Et je pense que je supposais juste.

    Je serrai les poings car j'allais devoir mettre mon honneur à rude épreuve ... J'essayai une première fois de parler mais un simple râle sorti d'entre mes lèvres. Je me pris à regarder autour de moi pour me calmer, je vis Maeglin qui semblait lui aussi indisposé par ce venin qui se répandait dans mon sang à une vitesse folle.
    Je tentai à nouveau de parler mais ma voix se trouva être diminuée et mon tonnante que d'habitude, il faudrait faire avec.

    Sachez, jeune fille, que l'on n’abat pas ainsi un Haut-Elfe comme moi. Il est vrai, votre venin risque de me coûter un bras, mais pas plus. Mais sachez que si j'accepte votre contre-poison contre n'importe laquelle de vos volontés, c'est juste pour sauver cet oiseau qui se trouve être mon unique compagnon de route et qui se trouve entrain de dépérir à cause de notre lien d'empathie et de télépathie.
    Alors je vous prie, pour le respect d'un animal, de ne pas faire traîner les choses ...

    Ce discours semblait moins éloquent qu'à mon habitude mais je m'en contenterai ... Tant qu'à faire, il fallait espérer que cette sauvageonne ait une once de pitié.
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Lun 13 Mai - 22:51
    Il l’avait eu… Dalerian l’avait eu ! J’en étais presque heureuse. Rapidement, plus rien. Les flèches avaient cessées de voler dans ma direction, le calme plat était de retour. Cet homme souffrait, je le sentais, je le voyais, et son oiseau souffrait aussi. Mais il était fière, bien trop fière pour l’avouer. Je savais ce que faisait la morsure de mon serpent, j’avais déjà été mordue à plusieurs reprises jusqu’à pouvoir être immunisée. Je ne l’étais pas encore, mais J’espérais qu’un jour je puisse l’être. Je savais que le venin remontait le long de son bras et qu’il circulait dans son sang rendant chaque mouvement de son bras douloureux. Je m’approchais toujours de lui. L’aider ? Pourquoi faire ? M’aurait-il aidée lui si j’avais été sur le seuil de la mort. Je rangeais la fiole et bandais bon arc dans sa direction. Mon regard était noir et ma visage fermé. Je n’avais pas été aussi dure depuis un bout de temps… Tous mes muscles étaient bandés, prêts à se relâcher et par le même biais relâcher la flèche qui n’attendait que de pénétrer le cœur de sa victime. Ma peau se hérissait en un frisson de haine et de rage. Je tournais autour de lui comme un corbeau autour de sa proie, mes pas ne résonnaient pas sur le sol.
    Un craquement se fit entendre, mon pied avait écrasé une branche, la faisant craquer sous mon poids. Quelques oiseaux s’envolèrent, je relâchais ma flèche. Le projectile se logea dans la tête d’un de ses oiseaux et l’animal tomba raide mort au sol. Je bandais une nouvelle flèche en direction de l’elfe.

    « Vous aider ? Pourquoi ? Qu’auriez-vous fait si vous aviez réussi à me mettre à terre ? »

    Je ne relâchais pas ma garde. Le menaçant toujours d’une flèche qui pointait son cœur. Un sourire illuminait mon visage soudainement.

    «Votre oiseau semble lui aussi indisposé en effet… alors je vais abréger vos souffrances ! »

    Tout mon corps se redressait pour exercer une plus grande pression sur l’arc. Je ne perdais pas mon sourire puis je soupirais. Je laissais doucement tomber l’idée de le tuer, Je lâchais la corde qui revint en place dans un bruit sourd, mais j’avais gardé la flèche dans ma main et je la rangeais avec ses sœurs. Récupérant à nouveau ma fiole d’antis venin je la lui tendais.

    « Un geste de travers et je ne verrais aucun inconvénients à vous tuer ! »

    Je déposais la fiole au sol et me reculais. Oui, j’étais méfiante. Mais cet homme ne semblait pas particulièrement apte à une bonne entente. Portant, cela n’avait pas été faute d’avoir essayé d’être gentille. Mais au final il était vraiment comme tous les autres. Trop stupide pour accepter ce qui le dérange. Il tue alors tous ce qui lui rappelle de mauvais souvenirs ou lui fait peur. Bien que je doute que cet elfe ai peur de quoi que ce soit… Je remontais en haut de mon arbre, le regardant, assise sur ma branche. Je chantonnais, mes pieds battant l’air en rythme. Dalerian revenais vers moi, remontant le long de l’arbre puis de ma branche. Il se hissa jusqu’à s’enrouler autour de mon cou, me formant un collier reptiliens, sifflant en direction de l’elfe. Je le calmais d’une main sur la tête, il s’y frotta un peu puis posa sa tête sous ma gorge, fermant les yeux.

    Qui de l’elfe ou de moi avait fait le moins preuve de civisme ? Certainement lui… J’avais été bien plus calme que lui alors que j’étais affamée. Mon ventre émis un son sourd, je posais la main dessus me pliant légèrement en deux.

    « c’est pas le tout mais j’ai faim moi… »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Sam 18 Mai - 5:06
  • Incompréhension ...

    Tout changea de tournure radicalement, la gamine, qui semblait prête à m'aider, me dit qu'elle n'allait pas m'aider parce que je l'aurais certainement achevée une fois vaincue, ce qui n'était pas vrai, une leçon d'humilité n'est pas une exécution sommaire ! Mais c'est en voyant Meaglin, souffrant pour nous deux, qu'elle changea d'avis. Elle me mit en garde et me tendit la fiole de contre-poison ... Un geste plein de bonnes intentions, je le conçois mais ... Je ne pouvais plus bouger, si elle n'avait toujours pas compris. Elle se ravisa et, d'un geste ample et souple, déposa le contenant au sol. Très sympathique de sa part, mais je ne pouvais toujours pas bouger. Je dus donc faire un effort considérable, tentant de réfréner mes besoins de hurler à la mort à chaque mouvement et arrivai enfin, accroupi, devant la potion salvatrice. Je souffris encore un peu en ouvrant ce qui servait de bouchon et, dès que le liquide verdâtre, aux relents de poisson peu frais, atteignit le fond de ma gorge, je sentis ses effets estomper ma souffrance. Je pus aisément me relever, j'inspectai la zone de mon bras ayant été mordue, il ne restait plus que les deux petits trous des dents du serpent. Mon cœur battait à nouveau et j'arrivais à respirer de manière correcte, tout allait pour le mieux. Même Meaglin, qui était aux portes de la mort, se dandinait à nouveau sur la couche de feuilles mortes qui formaient la couverture du sol de cette forêt.

    La petite était remontée dans une haute branche, son immonde reptile autour du cou. Il me lançait des regards lourds de sens ... Je n'avais plus d'intérêt à essayer d'offrir une cours sur la politesse à la donzelle, elle avait gagné, en soi ce n'était qu'une bataille, mais elle devait être fière d'elle et l'orgueil anéanti tout forme de savoir, qu'il soit dispensé par un grand maître ou par un parent. Elle aussi me regarda, mais sans aucune animosité, même plutôt de manière tendre. Elle me demanda seulement si nous pouvions enfin manger. Je ris comme je ne l'avais plus fait depuis des années. J'invitai la demoiselle à descendre et lui dit, mes mots hachés par mes halètements, tant mon rire était franc :

    Gamine, tu as beau t'être montrée insolente au possible, sache que j'ai du mal à comprendre pourquoi je m'en suis pris à toi, tu es tordante !


    Il était vrai que moi aussi, mon ventre commençait à me tarauder, il était temps de faire bonne pitance. C'est donc dans ma propre bonne humeur que je relançai le feu et frottai les morceaux de viande qui étaient tombés au sol, après que je me sois emporté, je les piquai sur une longue broche et les fis rôtir calmement au-dessus des flammes. Une fois cuits, je les déposai sur un morceau de cuir et fis bouillir quelques légumes, je n'aimais pas spécialement la chair animale, ni la chair humaine, je n'étais pas cannibale, loin de là, c'était très certainement du à ma nature Sylvestre d'ailleurs, mais je n'avais pas non plus une aversion pour elle, c'est pourquoi pour mes repas en plein air, j'emportais toujours quelques plantes au goût subtil, se mariant à merveille avec ce type de denrées, pour agrémenter mon menu ...
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Mar 4 Juin - 1:06
    Fière de moi ? Pas tellement… A dire vrai, faire du mal aux autres n’était pas pour moi une source de plaisir. Mais cela ne me rendait pas triste non plus. Au final, je m’en fichais pas mal, j’avais juste essayé de sauver ma peau. Cette façon de vivre est quand même saugrenu, le plus fort bat le plus faible et peut vivre. Si Dalerian n’avait pas été là, le plus faible aurait très certainement été moi…Je le regardais sans rien dire, attraper difficilement la fiole. Allais-je l’aider un peu plus ? Non, j’étais finalement bien sur ma branche. J’avais un moyen de m’évader si jamais l’elfe se montrait trop… perturbant ou trop violent.
    Bien sûr que j’avais encore peur de lui ! Qui n’aurait pas peur d’un homme masqué. Pourtant j’avais choisis de lui laisser la vie sauve, alors qu’en vue de son état et de ma rapidité, j’aurais très bien pu l’égorger et en faire mon futur repas… Je me demandais quel gout il avait… La viande elfique était-elle bonne ? Et la viande humaine ? Un très vieil ami m’a appris à ne jamais manger mes semblables. Je ne mangeais donc ni corbeau ni elfes humain et compagnie. C’est pour cela qu’il n’était pas embroché et en train de rôtir. Et puis, en vue de sa carrure, sa viande doit être terriblement sèche et dure. Moi j’aime la viande tendre et bien rouge. Mais le laisser en vie ne voulait pas dire que je l’appréciais… Il restait un assassin à mes yeux… Même si, j’avais bien compris que ce statu ne lui plaisait pas…

    Pourquoi riait-il ? Ses grognement de douleur étouffés –monsieur ne voulait pas que je remarque qu’il avait mal- se changèrent en rires amusés. Ses soubresauts amusés coupèrent sa parole. Si j’avais tout compris, il ne m’en voulait pas. En réalité il ne comprenait pas pourquoi il m’avait fait du mal car j’étais… tordante ? Cela signifiait-il que je l’avais tordue ? Si c’était le cas cela n’était pas voulu. Ou alors que moi j’étais tordue ? Je me redressais comme je le pouvais, bien qu’étant persuadée d’être droite tout de même… Je me penchais vers lui, curieuse. Trop de questions dans ma tête alors qu’il riait… Tordante… j’étais tordante… Avais-je réussit à tordre cet arbre. Je le regardais avec curiosité, apparemment, non, je ne l’avais pas tordu plus qu’il ne l’était déjà… Tordante… tordante… Une insulte peut être ? Ou un compliment… Etais-je idiote ? Pourquoi toutes ces questions pour un simple mot ?

    C’est l’odeur de la viande sur le feu qui me forçait à descendre de ma branche pour aller me poster près de lui. L’appelle du ventre était toujours le plus fort… Bien trop fort à mon gout. Un jour, ma gourmandise me tuera… Et ce jour-là, je mourrais… Je ne pouvais m’empêcher de tourner mon regard vers lui, bien que la danse des flammes m’enivrait et occupait mon regard, je tournais sans cesse la tête vers lui. Non… il n’avait pas l’air tordu, alors, pourquoi m’avoir dit cela… Je me grattais la tête interloquée… Je ne comprenais pas… Trendiil –mon tuteur elfique maintenant mort- ne m’avais jamais dit cela, c’est peut-être parce que lui, je n’avais jamais réussi à le tordre… Vraiment je ne comprenais pas. Je décidais d’ouvrir la bouche pour lui demander, mais si cela le vexais encore… J’allais encore l’énerver… Je fermais alors à nouveau la bouche, ne sachant trop comment aborder la question. Puis je me tournais à nouveau vers lui.

    « Je suis tordante ?? Cela signifie que je vous ai tordue ? J’espère ne pas vous avoir fait de mal si c’est les cas ! »

    Après avoir posée cette stupide question, je me protégeais de mes bras. Avais-je encore fait une bêtise ? Je n’avais vraiment pas envie de me battre, j’avais faim. Tous ce que je voulais c’était de la viande et un coin de feu… Mais bon… J’étais curieuse et cette question me brulait les lèvres depuis un bon moment… Déjà trop longtemps à mon gout. J’espérais vraiment qu’il ne s’énerve pas à nouveau. J’avais déjà posé la main sur mon arc. La douleur revint dans mon épaule… J’y portais la main, sentant à nouveau la fléchette qui s’y était logée. Je l’attrapais dans mon poing et dans une grimace de douleur la retirais. Je me mordis la lèvre pour ne pas crier, maintenant, mon épaule et ma lèvre saignaient… Quelle idiote. J’ouvris mon sac à la recherche de quelques herbes et de quoi me soigner. Ce n’était pas grand-chose et cela ne calmait pas la douleur, mais aiderait la plaie à se refermer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexe : Masculin
Humeur : Relativement maussade.
Localisation : Là. Là. Là. Et là. Là. Là. Juste là. Et là aussi. Lààà. Là. Là.
Exp : 1177

Messages : 65
Who am i !

Feuille personnage
Niveau : 12
Grade : D
Joyau(x) : 300

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör] Dim 23 Juin - 6:52

  • Enfin un bon repas ...

    La gamine descendit de sa branche haute perchée, s'installa à mon côté et observa ce qui serait notre repas avec avidité. Je riais toujours, nettement moins que précédemment, mais je ne pouvais m'arrêter. La situation avait été des plus hilarantes et un temps incertain s'était écoulé depuis la dernière fois où j'avais ainsi exprimé ma joie et ma bonne humeur, elle avait réussi à dérider le vieil Elfe que je devenais. Alors que j’agitais les légumes dans leur récipient, geste répétitif et inutile, juste bon à s’occuper l’esprit et le corps, je détournai le regard vers elle, elle avait ouvert sa petite bouche et s’apprêtait à me poser une de ses innombrables questions, toutes plus intrusives les unes que les autres, mais, à mon grand bonheur, elle se retint.

    Mon regard fut attiré par un léger reflet au sol et je sentis la brise folle caresser ma peau, l’air était humide mais chaud, mes cicatrices se réveillèrent et lancèrent littéralement un assaut de douleur à mon cerveau. J’avais laissé mon masque sur le sol ! Je me levai et me dirigeai vers l’objet gris clair, je m’abaissai et le retirai à l’humus. A cet instant, la petite posa la question qui la taraudait. Un élan de douleur et de mépris m’arriva en pleine face et je perdis mon sourire en entendant sa petite voix commencer l’une de ses phrases qui m’avaient, en peu de temps, poussé à bout.

    « Je suis tordante ?? Cela signifie que je vous ai tordue ? J’espère ne pas vous avoir fait de mal si c’est les cas ! »
    A nouveau je m’esclaffai, ma voix déraillant même, je ne pus pas me maintenir en équilibre plus longtemps et je tombai comme une espèce de sac au sol. Cette gamine avait vraiment un don pour paraître niaise et dépourvue de logique, ce qui la rendait hilarante. Je restai quelques instants à me rouler contre les feuilles mortes qui recouvraient la terre et je me ressaisis enfin. Je fis un bond souple et me retrouvai à nouveau sur mes deux jambes, encore branlantes, mon hilarité m’ayant fait perdre une dose considérable d’énergie. Mon masque au creux de ma main, j’hésitai à le fixer à mon visage à nouveau, je ne pouvais laisser mes cicatrices à l’air, c’était certain, mais je ne voulais pas sentir la multitude d’aiguilles venir à nouveau se ficher dans ma chair, ne plus avoir droit au vent sur ma peau, perdre tout moyen d’exprimer mes émotions via ma face. Je posai finalement ce morceau de métal travaillé à l’endroit qui était sa place, les picots pénétrèrent finalement mon visage, un léger frisson parcourra mon corps entier, tout revint à la normale, je me tournai en direction de la fillette, mon long manteau battant à cause des courants d’air entre les feuillus, dont le feuillage s’assombrissait sans cesse, le jour déclinant toujours plus, le soleil continuant sa course sans fin.

    Mon regard ne se posa pas tout de suite sur elle, qui était occupée à se restaurer en engloutissant littéralement le maigre repas que j’avais, tant bien que mal, concocté. Mon œil, vif, fut attiré par une forme sombre qui exécutait des allez et retours à bonne distance des flammes, de sorte que personne ne puisse la voir, malheureuse créature, un Elfe qui avait des prédispositions pour l’assassinat et le déplacement de nuit s’était habitué aux noirceurs des profondeurs, mais de là à dire que j’étais nyctalope, non, je pouvais, à l’image d’un Nain, me repérer dans l’obscurité. Je ne discernais pas de quel genre de bête il pouvait bien s’agir, ami, ennemi … Quoi qu’il en eut été, je préférais abattre cette bestiole, qu’elle en veuille à ma peau ou non, je voulais éviter de me lever le lendemain, après une nuit de sommeil des plus reposantes, dans une forêt intacte, et de constater qu’il me manquait l’équivalent d’une jambe de chair. Ayant déposé mon arc à l’entrée de ma tente, je me dirigeai à nouveau vers le feu, je fixai mon la prunelle des yeux de la demoiselle et portai un doigt à ma bouche, utilisant un des signes universels signifiant de ne faire aucun bruit. J’intimai à Maeglin d’éviter d’ouvrir grand son bec durant les prochaines minutes, sans quoi il risquait de me servir de prochain encas. Je ramassai mon arme, invoquai une flèche, encochai, bandai la corde …





Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]

MessageSujet: Re: La fin exige les moyens! [Pv : Aegan Feanör]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» QUAND LES MOYENS NE JUSTIFIENT PAS LA FIN !
» Quel sont les moyens de gagner des Master Stones ?
» Moyens de paiement sécurisés?
» JOAO LIVEN THERON. ‡ la fin justifie les moyens
» Moyens de communication

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[- Midgard -] :: [ Midgard ] - Terres des hommes :: Asunia :: Forêt du Vergeau-